The rebellion of truck drivers at a crossroads - Iniciativa Revolução Universal

We translate from Spanish this material originally published in Portuguese by comrades from Brazil organized around Universal Revolution Initiative. It’s a leaflet distributed during the struggles that are currently taking place, in the spring of 2018, in the region dominated by the Brazilian State.

THE REBELLION OF THE TRUCK DRIVERS AT A CROSSROADS!
Block roads to open ways!

Involved in the biggest rebellion since 2013, the Brazilian working class reappears today on the historical scene. The riots and protests at the Carnival, as well as the wave of demonstrations after the death of Maríelle Franco, were already signs announcing the current social rebellion. The struggles we are experiencing today were being held back by electoral manipulation/polarization, by the coup of 2016, by the spectacular demagogy of journalists and judges, who tried to save the system with their false discourse of “moralization of politics” (an attempt to use the working class as cannon fodder in the dispute between bourgeois, by the State and the seat of government that today is the Federal Supreme Court), and by the even greater deterioration of our conditions of survival. All this, however, after several struggles in recent years against the World Cup and the Olympics, against privatization, against repression, against militarization, against casualization of the civil service, against pollution, against education reforms and afterwards of the strikes/revolts of March-June 2017. Weaknesses on the one hand as well as the flagrant sabotage of such struggles by both wings of the State (“the right” and “the left”) on the other hand, threaten again now the exemplary truckers’ rebellion that paralyzed the economy of the country and that, despite the perseverance and determination with which it is being conducted, needs to identify obstacles and enemies in order to succeed. All support for workers in struggle! For the construction of the insurgent general strike!

Opportunities and threats of the current social struggle in Brazil: the truckers’ struggle shows a strong potential for social transformation and mobilizes the working class as a whole in its support. Its chances of success appear in several characteristics:

* Spontaneity: contrary to the lies of the press and politicians who want to isolate the movement, the strike began before the unions decreed their “support” as from May 21st. When the rise in fuel prices began, several truckers stopped delivering their merchandises, and they even began to block the roads. This spontaneity is preventing the unions and the electoral parties from gaining complete control over the struggle. The decisions are made in the picket lines and through social networks (Facebook and WhatsApp), outside the electoral and union channels and replace the face-to-face general assemblies.

* Strategic generalization/action: the scope and impact of the movement reaches the entire national territory, which turns this struggle into the biggest rebellion since 2013. The country’s trade and fuel routes have been cut off and the capitalist economy has been strangled, forcing the government and the bosses to surrender. The government intends to displace troops against the struggle, and actions are proposed such as blocking all the accesses to Brasilia. The tactical intelligence of the strike, demonstrated by a category of workers who know the veins and arteries of the logistics of this country, makes this movement of struggle indispensable to stop and defeat the State.

* Sympathy and class solidarity: as during the rebellion of 2013, the struggles linked to the question of transport are and will be decisive for the social struggles of tomorrow. Yesterday the social radicalization was produced by urban transport fares; today, for the gasoline of Temer. Transport plays the role of the great villain in the worsening of the cost of living, since it directly impacts final prices and undermines wages. The Brazilian working class immediately supported the movement: in several cities and states, support committees were set up, giving food and resources to the strikers. Other categories, such as drivers of school buses, motorcyclists, oil- and dockworkers, are adding their support. The struggle of the truckers becomes everyone’s struggle, it generates immediate sympathy and what will determine or not its success, beyond road blocks, and its firm and non-negotiable perseverance, will be the solidarity of the working class as a whole.

There are many pitfalls for the movement: transport business entrepreneurs, fleet owners are trying to use it to get financial support from the government and maximize their profits, at the expense of the hard and uninterrupted work of the truckers. The unions say they speak on behalf of the truckers and do the impossible to stop the strike, trying twice to reach agreements with Temer (May 25th and 27th), which did not work only because the workers, suspicious towards those false friends, rejected the agreements. The infiltration of the patriotic-fascist militant right, the attempts to isolate the strike by the press and the “left” sector of capitalism are the most serious threats and they attack the movement inside and outside. They are part of a single strategy.

* The strategy to dismantle the movement: while using the tactics of the scissors between the “right” and the “left” to defeat the struggle, the State and the bosses launched a well-armed and articulated dynamics with the PT’s [1] pseudo-leftists on one hand, in total solidarity with the bolsonarists[2]/defenders of military dictatorships on the other hand. The biggest beneficiaries of all this are the government of Temer, the employers’ association and the national and international oil cartel. This happens because the movement does not have a clear direction, but its meaning and identity are in dispute. The erosion of the union-electoral “left” prevented its strong presence in the strike, and part of it contributes only with rhetorical support. The theatrical, intimidating but limited use of the army, which still fails to be characterized as a military coup, contributes to the farce, although the generals are already casting greedy looks at the power.

* The action of the “right”: seeing the potential and spontaneity of the movement, the groups of the militant right infiltrate and concentrate on three objectives:

a) take control of a movement of the working class (something that the right has rarely managed to do in history) and thus have a public faithful to its political ambitions: pre-election agitation and support for a possible military coup;

b) above all, campaigning for Bolsonaro, while diverting and removing the objective of the movement from the workers’ hands;

c) tarnish the movement and accelerate its isolation, since Bolsonaro and the patriotic-fascist right know that the working class as a whole does not have many sympathies for their flags, so that when trying to appear as the owners of the strike, the rejection to the struggle of the truckers can increase.

The right, however, is a minority in the movement and its action has come more from outside than from inside, through its supposed “support” to meet the truckers or through “protests” that copies the reactionary marches of 2015-16. The municipal councilors and other state politicians also try to take advantage of the strike and express their support… in reality to themselves!

* The “leftist” sabotage: organized with the “right” and in alliance with the media, the “left” of capitalism has been devoted from the beginning to three actions:

a) defame the movement, saying that it is a “strike of employers” (lock out) or a strike of fascists in support of a military coup, which would result from the chaos intentionally provoked by the strike – for this they count on the media coverage, which intentionally only show the banners and flags in favor of Bolsonaro and a military coup (in addition to showing all the time images of shortage), thus reducing the strike to these elements;

b) through their union centrals (CUT, UGT, etc.), they try to isolate the strike, forcing other professional categories to not adhere, trying to impose a quarantine line against it… However, the strategy is failing: the metallurgists of Ford went on strike, also the dock workers in Santos and some sectors of the civil service (Unesp, prefectures, etc.). On the other hand, in the peripheries of the Nordeste and São Paulo, expropriations/looting take place in supermarkets: it is the overcoming of the bourgeois order;

c) withdraw on May 27th the slogan of “general strike” (which had been sketched on the 25th opportunistically), in the name of the “stability” of the regime, which shows how the electoral “left” is the biggest pillar in the defense of the government of Temer, revealing its submission to the putschist government and concealing that the real one to be struck down [in 1964] was the working class (this maneuver was even advised by Lula, who from his prison has been conversing with the trading sector – with representatives of the unions and the government – without a doubt, in exchange for his release and the possibility of being a candidate for the elections, since he remains at the head of the polls). To break the connection between oil workers and truckers, the “strike” of the oil workers was called for the 30th (holiday eve, that is: a strike without any effect), in the hope that the strike on the roads would die earlier, and it was for a defined duration: only three days, to avoid further results. Meanwhile, Temer sends the armed forces to the refineries and the port of Santos; he decrees military intervention throughout the country and orders the roads to be unblocked, as wanted by the false “defenders” of the strike, Bolsonaro and Sérgio Moro, who oppose any economic damage because of the strike. The “right” directly defends the employers, the “left” defends Temer, whom it accused to be a putschist, and rises against a military coup that could interrupt the election process of 2018, the same process that was said to be illegitimate if Lula could not be a candidate.

The initiative of the class will determine the situation: the illusions that a military coup is a solution, with the hope even that the strike will be defeated by the troops that would attack the pickets and barricades, these illusions, public security and the flag of the fascists became obsolete after three days of the truckers’ strike and the supply of drugs was interrupted (as well as the action of cargo robbers), getting in practice rid of the power of drug traffickers in several cities! The self-organized action of the working class without other characters on the scene should be the insurrectional general strike, for its own defense and to attack the State. Let’s set up independent struggle committees, uniting the different categories in one single struggle!

FOR THE SOCIAL REVOLUTION! NEITHER ELECTIONS NOR MILITARY! INSUBORDINATION IS THE SOLUTION!

LET’S SABOTAGE THE SUPPLY LINES OF THE ARMED FORCES! GENERAL STRIKE!

Iniciativa Revolução Universal, May 2018
revolucaouniversal@riseup.net // revolucaouniversal@protonmail.com
___________________

[1] [Translator’s note] PT = acronym in Portuguese for the Workers’ Party, the party of Lula and Dilma Roussef.

[2] [Translator’s note] Jair Bolsonaro, Brazilian politician close to conservative and military circles.

Source in Spanish: http://barbaria.net/2018/06/02/iniciativa-revolucao-universal-la-rebelio...

Original source in Portuguese: https://humanaesfera.blogspot.com/2018/05/a-rebeliao-dos-caminhoneiros-n...

La rébellion des camionneurs à la croisée des chemins - Iniciativa Revolução Universal

Nous traduisons de l’espagnol ce matériel originellement publié en portugais par des camarades du Brésil organisés autour de l’Initiative Révolution Universelle. Il s’agit d’un tract distribué lors des luttes qui se déroulent actuellement, au printemps 2018, dans la région dominée par l’État brésilien.

LA RÉBELLION DES CAMIONNEURS À LA CROISÉE DES CHEMINS !
Barrez les routes pour ouvrir des voies !

Engagée dans la plus grande rébellion depuis 2013, la classe ouvrière brésilienne réapparaît aujourd’hui sur la scène historique. Les émeutes et protestations durant le Carnaval et la vague de manifestations après la mort de Maríelle Franco furent des signes avant-coureurs de la rébellion sociale actuelle. Les luttes que nous vivons aujourd’hui ont été ralenties par la manipulation/polarisation électorale, par le coup d’Etat de 2016, par la démagogie spectaculaire des journalistes et des juges, qui ont essayé de sauver le système avec de faux discours de « moralisation de la politique » (une tentative d’utiliser la classe ouvrière comme chair à canon dans le différend opposant des bourgeois entre eux, de la part de l’Etat et du siège du gouvernement qui est aujourd’hui la Cour suprême fédérale) et par la détérioration de nos conditions de survie. Tout cela, cependant, après diverses luttes au cours des dernières années contre la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques, contre les privatisations, contre la répression, contre la militarisation, contre la précarisation de la fonction publique, contre la pollution, contre les réformes de l’éducation et après les grèves/émeutes de mars à juin 2017. Les faiblesses, d’une part, et le sabotage flagrant de ces luttes par les deux branches de l’État (« la droite » et « la gauche »), d’autre part, menacent à nouveau maintenant la rébellion exemplaire des camionneurs qui ont paralysé l’économie du pays et qui, en dépit de la persévérance et de la détermination avec lesquelles celle-ci fut menée, a besoin d’identifier ses obstacles et ses ennemis afin de pouvoir triompher. Tout le soutien aux travailleurs en lutte ! Pour la construction de la grève générale des insurgés !

Opportunités et menaces des luttes sociales actuelles au Brésil : la lutte des camionneurs montre un fort potentiel de transformation sociale et mobilise le soutien de l’ensemble de la classe ouvrière. Ses chances de succès apparaissent dans plusieurs caractéristiques :

* Spontanéité : contrairement aux mensonges de la presse et des politiciens qui veulent isoler le mouvement, la grève a commencé avant que les syndicats décrètent leur « soutien » à partir du 21 mai. Lorsque la hausse du prix des carburants a commencé, plusieurs camionneurs ont cessé de livrer leurs marchandises, et ils ont même commencé à bloquer les routes. Cette spontanéité empêche les syndicats et les partis électoraux de prendre le contrôle total de la lutte. Les décisions sont prises sur les piquets de grève et via les réseaux sociaux (Facebook et WhatsApp), en dehors des canaux électoraux et syndicaux, et remplacent la présence physique aux assemblées générales.

* Généralisation/action stratégique : la portée et l’impact du mouvement atteint le pays tout entier, ce qui fait de cette lutte la plus grande rébellion depuis 2013. Les routes commerciales et de distribution de carburant du pays ont été coupées, ce qui a étranglé l’économie capitaliste, forçant le gouvernement et les patrons à céder. Le gouvernement a l’intention de déplacer des effectifs militaires contre la lutte, et des actions sont proposées telles que de bloquer tous les accès à Brasilia. Au vu de l’intelligence tactique de la grève, démontrée par une catégorie de travailleurs qui connaissent les veines et les artères de la logistique de ce pays, ce mouvement de lutte s’avère indispensable pour arrêter et mettre l’Etat en déroute.

* Sympathie et solidarité de classe : comme lors de la rébellion de 2013, les luttes liées à la question des transports sont et seront décisives pour les luttes sociales de demain. Hier, la radicalisation sociale s’est produite autour des tarifs de transport urbain ; aujourd’hui, c’est à cause de l’essence de Temer. Le transport joue le rôle du méchant dans l’aggravation du coût de la vie, puisqu’il impacte directement les prix finaux et ronge les salaires. La classe ouvrière brésilienne a immédiatement soutenu le mouvement : dans plusieurs villes et états, des comités de soutien ont été créés, donnant de la nourriture et autres denrées aux grévistes. D’autres catégories, comme les conducteurs d’autobus scolaires, les motocyclistes, les pétroliers et les dockers, participent au soutien. La lutte des camionneurs devient la lutte de tous, elle crée une sympathie immédiate et ce qui déterminera ou non son succès, au-delà des barrages routiers, et sa persévérance ferme et non-négociable, ce sera la solidarité de la classe ouvrière dans son ensemble.

Il existe de nombreuses menaces contre le mouvement : les chefs d’entreprises du secteur du transport, les propriétaires de flottes de poids lourds essaient de l’utiliser pour obtenir le soutien financier du gouvernement et augmenter leurs profits, au détriment du travail pénible et ininterrompu des camionneurs. Les syndicats qui disent parler au nom des camionneurs font l’impossible pour arrêter la grève, essayant à deux reprises de conclure des accords avec Temer (les 25 et 27 mai), ce qui n’a donné aucun résultat seulement parce que les travailleurs, méfiants envers ces faux amis, ont rejeté les accords. L’infiltration de la droite militante patriotique-fasciste, les tentatives d’isoler la grève de la part de la presse et du secteur « gauchiste » du capitalisme sont les menaces les plus sérieuses et elles attaquent le mouvement à l’intérieur comme à l’extérieur. Elles font partie d’une stratégie unique.

* La stratégie pour démanteler le mouvement : en utilisant la tactique de ciseaux entre la « droite » et la « gauche » pour vaincre la lutte, l’Etat et les patrons ont initié une dynamique bien armée et articulée, avec les pseudo-gauchistes du PT [1], d’un côté, en totale solidarité avec les bolsonaristes[2]/défenseurs des dictatures militaires, de l’autre côté. Les principaux bénéficiaires de tout cela sont le gouvernement de Temer, le patronat et le cartel pétrolier national et international. Cela se passe ainsi parce que le mouvement n’a pas de direction claire, mais sa signification et son identité sont en conflit. L’usure de la « gauche » syndicale-électorale a empêché son implantation dans la grève, et une partie de celle-ci n’y contribue qu’avec un soutien rhétorique. L’utilisation théâtrale, intimidante mais limitée de l’armée, qu’on n’arrive pas encore à qualifier de putsch militaire, en rajoute à la farce, bien que les généraux lancent déjà des regards avides vers le pouvoir.

* L’action de la « droite » : devant le potentiel et la spontanéité du mouvement, les groupes de la droite militante s’infiltrent et se concentrent sur trois objectifs :

a) prendre le contrôle d’un mouvement de la classe ouvrière (ce que la droite a rarement réussi à faire dans l’histoire) et avoir ainsi un public fidèle à ses ambitions politiques : agitation pré-électorale et soutien à un éventuel coup d’état militaire ;

b) par-dessus tout, organiser une campagne électorale en faveur de Bolsonaro, en détournant et en retirant l’objectif du mouvement des mains des travailleurs ;

c) salir le mouvement et accélérer son isolement, puisque Bolsonaro et la droite patriotique-fasciste savent que l’ensemble de la classe ouvrière n’a pas beaucoup de sympathie pour leurs drapeaux, de sorte qu’en essayant d’apparaître comme les maîtres de la grève, on peut ainsi faire augmenter le rejet de la lutte des camionneurs.

La droite, cependant, est une minorité dans le mouvement et son action est plus venue de l’extérieur que de l’intérieur, à travers son supposé « soutien » pour rencontrer les camionneurs ou à travers des « protestations » qui imitent les marches réactionnaires de 2015-16. Les conseillers, les élus municipaux et étatiques tentent aussi de profiter de la grève et expriment leur soutien… à eux-mêmes, en réalité !

* Le sabotage « gauchiste » : organisé avec la « droite » et en alliance avec les médias, la « gauche » du capitalisme s’est consacrée dès le début à trois actions :

a) diffamer le mouvement, en affirmant qu’il s’agit d’une « grève de patrons » (lock-out) ou d’une grève de fascistes en soutien à un coup d’état militaire, qui résulterait du chaos intentionnellement provoqué par la grève – pour cela ils comptent sur la couverture médiatique qui, intentionnellement, ne montrent que les bannières et les drapeaux en faveur de Bolsonaro et d’un coup d’état militaire (en plus de montrer tout le temps des images de pénurie), réduisant ainsi la grève à ces éléments ;

b) par leurs centrales syndicales (CUT, UGT, etc.), ils tentent d’isoler la grève, en obligeant d’autres catégories professionnels de ne pas y adhérer, en essayant d’imposer un cordon sanitaire contre celle-ci… Cependant, cette stratégie est un échec : les métallurgistes de Ford ont entamé une grève, ainsi que les dockers à Santos et certains secteurs de la fonction publique (Unesp, préfectures, etc.). D’autre part, dans les périphéries du nord-est et de São Paulo, des expropriations/pillages ont lieu dans les supermarchés : c’est la lutte contre l’ordre bourgeois ;

c) retirer le 27 mai la consigne de « grève générale » (qui avait été esquissée le 25 par opportunisme), au nom de la « stabilité » du régime, ce qui montre comment la « gauche » électorale est le plus important pilier dans la défense du gouvernement de Temer, révélant sa soumission au gouvernement putschiste et en cachant que celui à être vraiment frappé [en 1964], ce fut la classe ouvrière (cette manœuvre a même été conseillée par Lula, qui depuis sa prison s’est entretenu avec le secteur du commerce – avec des représentants des syndicats et du gouvernement – sans aucun doute, en échange de sa libération et de la possibilité d’être candidat aux élections, puisqu’il reste en tête des sondages). Pour briser le lien entre les pétroliers et les camionneurs, la « grève » des pétroliers fut appelée pour le 30 (la veille des vacances, c’est-à-dire : une grève sans aucun effet), dans l’espoir que la grève sur les routes soit finie avant, et ce fut pour une durée définie : seulement trois jours, pour éviter d’autres résultats. Pendant ce temps, Temer envoie les forces armées aux raffineries et au port de Santos, il décrète l’intervention militaire dans tout le pays et ordonne le déblocage des routes, comme le veulent les faux « défenseurs » de la grève, Bolsonaro et Sérgio Moro, qui s’opposent à tout dommage économique causé par la grève. La « droite » défend directement le patronat, la « gauche » défend Temer, qu’elle accusait d’être un putschiste, et se lève contre un coup d’état militaire qui pourrait interrompre le processus électoral de 2018, ce même processus qu’elle déclarait être illégitime si Lula ne pouvait pas être candidat.

L’initiative de la classe déterminera la situation : les illusions qu’un coup d’état militaire soit une solution, avec l’espoir même que la grève sera vaincue par les troupes qui attaqueraient les piquets de grève et les barricades, ces illusions, la sécurité publique et le drapeau des fascistes sont devenus obsolètes après trois jours de grève des camionneurs et que l’approvisionnement en drogues ait été interrompu (ainsi que l’action des voleurs de cargaisons), liquidant dans la pratique le pouvoir des narcotrafiquants dans plusieurs villes ! L’action auto-organisée de la classe ouvrière sans autres personnages sur la scène doit être la grève générale insurrectionnelle, pour sa propre défense et pour attaquer l’Etat. Formons des comités indépendants de lutte, réunissant les différentes catégories en une seule lutte !

POUR LA RÉVOLUTION SOCIALE ! NI ÉLECTIONS NI MILITAIRES! L’INSOUMISSION EST LA SOLUTION !

SABOTONS LES LIGNES D’APPROVISIONNEMENT DES FORCES ARMÉES ! GRÈVE GÉNÉRALE !

Iniciativa Revolução Universal, mai 2018
revolucaouniversal@riseup.net // revolucaouniversal@protonmail.com
___________________

[1] [Note du traducteur] PT = Parti des Travailleurs, le parti de Lula et Dilma Roussef.

[2] [Note du traducteur] Jair Bolsonaro, homme politique brésilien, proche des milieux conservateurs et militaires.

Source en espagnol : http://barbaria.net/2018/06/02/iniciativa-revolucao-universal-la-rebelio...

Source originale en portugais : http://humanaesfera.blogspot.com/2018/05/a-rebeliao-dos-caminhoneiros-na...