Class War 07/2018: Airstrikes On Syria! Third World War? Show Or Reality? No War But The Class War!

Rather than to rewrite for the umpteenth time a specific text on this important issue, we decided urgently to publish a bulletin containing the essential passages of two texts released a few years ago but which have not lost any of their “current” character.

On April 14th, 2018, the big bourgeois media (which express and materialize the class interests of our exploiters and oppressors, all factions taken into account despite the conjuncture divergences that differentiate them from each other) announced to us with great blows of war propaganda that a coalition of three among the world’s largest powers (the US, Britain and France) have conducted night airstrikes on various “strategic” targets in Syria, in retaliation for the chemical attack allegedly perpetrated by the Baathist regime, supported militarily, economically, politically and diplomatically by Russia and Iran. It is quite“comical” and “outrageous” that these capitalist gangsters put forward the defence of “civilian populations”, victims of the morbid logic that leads this world, especially when we know very well that for example the US have the most powerful military-industrial complex of the planet, as well as the most gigantic reserves of weapons of mass destruction. The US have in recent years not only contaminated whole regions of the former Yugoslavia and Iraq with widespread use of “depleted uranium” ammunition, causing a drastic increase in the number of cancers for local populations, but they also sacrificed their own soldiers exposed to the devastating effects of such weapons.

Once again, on that occasion, the spectre of a third world war was brandished in front of the astonished eyes of billions of proletarians, by putting forward the possibility of a US-Russian military conflagration. It seems obvious to all healthy and somewhat critical minds that the official version to be used as a justification for these airstrikes does not hold water and is meaningless. Neither American, British and French capitalists nor the Russian, Syrian or Iranian capitalists certainly give a damn about the fate of proletarians crushed under floods of bombs, missiles, bullets, gas and others merry gimmicks produced by the capitalist Eden. The fundamental reason for all this performance is the ideological, psychological preparation of the masses of proletarians atomized in their condition of citizens to the future and inevitable reality of generalized war.

Rather than to rewrite for the umpteenth time a specific text on this important issue, we decided urgently to publish a bulletin containing the essential passages of two texts released a few years ago but which have not lost any of their “current” character. So let’s start with the text “Airstrikes Threats On Syria! Third World War? No War But The Class War!”, published in September 2013 after a first major chemical attack in Syria:

More than 110,000 dead, two million of refugees in nearby countries, more than three million internally displaced, 130,000 arrested or missing, tons of bombs, missiles, shells, cluster bombs… This is the reality of war in Syria since two and a half years! [Since then, today in 2018, these morbid figures have obviously rocketed!]

And as if this materialization of permanent war of capitalism against the proletariat was not enough, the mainstream bourgeois media announced us on August 21st[2013]the “ultimate horror”: chemical weapons were used in a suburb of Damascus, killing more than 1,300 people, some 3,600 others were wounded.

The Syrian regime is accused of this, and it’s true that it would not be its first slaughter since it had already proven what it is able to do in terms of repression. Others accuse groups of “rebels”, and more precisely jihadists militarily supported by Saudi Arabia and Qatar.

We, the communists, do not want to enter in any way into this debate, and even less to endorse the ravings of “conspiracy theories”, very fashionable in some “militant” and “ultra-leftist” circles. Because fundamentally, whether it was the capitalist State in Syria represented by the Ba’ath regime who did it or it was done by one of the fighting factions of the bourgeois “opposition” with the support of regional and international powers, it is ultimately State terrorism, the capitalists’ terrorist State, which is responsible for this antihuman and anti-proletarian gassing, as it is responsible for all this war, as for any war…
But today, when capitalism is facing its worst crisis of valorisation since the end of the second world slaughter, its only alternative is once again the mass destruction of surplus productive forces (of commodities, dead labour, but also of labour force commodities, thus of living labour, thus of proletarians!)… The only viable solution for capitalism (to boost subsequently a new cycle of valorisation) is therefore a generalized war […]. Its only problem (which is a major problem!) is how to mobilize the proletariat all over the world so to recruit it in whatever ideological campaign to justify the massacres to come.

Present war drum roll announcing a military intervention of some Western powers in Syria partakes in this ideological campaign. Especially since Syria is in the heart of a region which is a geostrategic issue of capitalists’ voracious appetites. Two major constellations of States already share the ground and participate in the reorganization of the region: on one hand Russia, China and Iran, which support the current regime (but to which extent this support won’t threaten the whole of their interests?), and on the other hand the U.S.A., France, Great Britain and their regional allies Turkey, Saudi Arabia and Qatar…

Threat of military intervention strengthens this polarization and also backs up in their analysis the public opinion, bourgeois propaganda, “experts” of the question, and even groups and organizations which claim social revolution, anti-capitalist struggle, proletarian insurrection, struggle for communism and/or anarchy, all of them continually repeating ad nauseam[…] that the events in Syria is nothing but a proxy war (between these various State powers), or at least a civil war between two bourgeois camps (with the support of these same State powers): Ba’ath regime against “democratic opposition” (which in some cases is reduced to its simplest jihadist expression)…

However, this version and grasping of history, and therefore of the facts taking place in front of our eyes, although it covers a part of the reality on the ground, purely and simply eliminates another aspect of this social matter in motion, which is essential for us communists: the class struggle which had sparked off what has been going on now. In March 2011, a significant movement of struggle, an uprising of a proletarian nature, against poverty, against the rising of prices, against unemployment, against the drastic austerity measures imposed during the previous decade in Syria, against repression, broke out… Since the beginning proletarians have tried to go beyond spontaneity of the movement, various structuring of struggle have been set up, among others hundreds of coordinating committees (Tansiqyat) that try to respond in the practice to needs of the struggle, its organization on the ground, its coordination, its centralization, its consolidation, its spreading and its self-defence, although they develop very contradictory levels of radicalism as for the perspectives of the struggle. Very quickly also the movement of our class countered State terror with direct action, encouraging defeatism within the central apparatuses of repression…

Because of lack of developing its perspectives, because of lack of revolutionary direction, and under the influence of the direction given by different bourgeois factions, who try to achieve their own interests while taking profit of the proletarian struggle, this class struggle, this class war, partially turned into an inter-bourgeois struggle, into an internal civil war and into a proxy war. This doesn’t in any way detract from the importance of the fundamental proletarian nature of the movement. Always and everywhere in the history where the both antagonistic classes clashed, bourgeois factions either temporarily united against a common enemy or they continued to oppose each other so that only one strong counterrevolutionary pole emerges, able to defeat the class historically determined to put an end to this age-old nightmare that is capitalism and its social relation (as the insurgent proletariat in Commune of Paris, Russia, Germany, Spain… tried to do). Everywhere and always in this same history, “foreign powers” intervened either to directly suppress the movement of our class (operations of international gendarmerie) or to support a bourgeois camp against another (e.g. “Russian Civil War” from 1918 to 1921 during which various Western armies militarily supported the “Whites” against the “Reds”) or even to wage a proxy war (Spain 1936-1939)… And it will be like this in all future conflicts which will set the world of value ablaze till its violent abolition by force of social revolution.

Let’s come back to Syria and recall what we wrote […] in another text: “there is no doubt that the bombing of cities and the massacres, the terrible State repression and its militarization, represent a nagging strength that tries to recruit proletarians in struggle (…) for one or the other bourgeois factions opposing each other in the attempt to conquer the power and the management of social antagonism. All the international and regional State powers (…) push the class confrontation to militarization, in order to make it losing its dynamics of subversion of this world of misery, in brief to deprive the proletariat of its class autonomy… The third camp in Syria (that is to say the proletariat opposed to both poles of the counterrevolution) is on the road to ruin and to be recruited if isolation which it is plunged in is not broken, if the universal content of its struggle (which appears in all the struggles of our class) is not put forward, if it doesn’t quickly find an echo to its struggles, if new insurrectional hotbeds don’t develop elsewhere in order to not give a single moment of rest to the voracious bourgeois anymore…”

Every movement of struggle and subversion of social relations in history has its own dynamics, which, if it doesn’t grow, if it doesn’t expand, then fades away and finally withers away. Certainly […], the dynamics of the struggle movement of our class in Syria runs out of steam, on one hand because of simultaneous thrusts of bombings, killings, massacres, imprisonments, on the other hand because of the action of various reformist policies that use the proletarians as cannon fodder in their war between bourgeois factions, but also because of the influence of jihadist tendencies that are turning the class war into a sectarian war, despite the strong resistance of the proletariat.

This resistance of the proletariat to the various jihadist factions trying to confiscate our struggle and to force the restoring of law and order (among other things through moral and religious order) in the “liberated zones” […] expressed itself […], through a series of actions that the bourgeois media obviously ignored. […]

To all fighting proletarians in Syria!

Finally, we want to warn the proletarians in struggle in Syria who are on their knees while suffering endless bombings and massacres orchestrated by the current regime, and who yet develop illusions about an intervention of the “international community” (which is nothing but a bunch of capitalist gangsters), who call for airstrikes or a “no-fly zone”… There is nothing to expect from any State power, all of them have always fought and suppressed proletarian revolts in history. Whether in Indochina and Algeria during the fifties or in Vietnam later, the French and American armies left the battlefield with piles of corpses… Whether in Iraq, Somalia, Yugoslavia, Afghanistan, or very recently in Libya, whether on the pretext of “war on terror” or “humanitarian relief”, the imperialist issues meant nothing but a reorganization of exploitation and the replacement of a dictator by another or by a bunch of more presentable and more “respectable” torturers… No, there is nothing to expect for the development of our struggles while choosing a “lesser evil” against a “worse”… [And this is as well valid for proletarians in Rojava who imagine that the national-social-liberationist organizations that frame and transform them into cannon fodder can assume in the current confrontation a different role than that of mercenaries on the ground of great capitalist powers.]

To all fighting proletarians in Syria!

In the beginning you revolted against misery and repression imposed on you by a particular faction (Ba’ath regime) of ruling class. But too many of you have made yourselves the auxiliaries of another bourgeois faction of managers of capitalism while participating in the war, on the side of the united front of nationalism and sectarianism. You are told, our enemies would like to make you believe, that this war “against Assad” is not like any other one. All representatives and tendencies of “anti-Assad” united front whisper to you to tactically postpone attack against capitalist propertied class, existing social relations and present state of things, until “devilish” Assad is defeated. While accepting this, you don’t side with the proletariat, but against it. Your allies are no longer the proletarians, all exploited, but the bourgeoisie. Supporting united front means to fight for someone else, and being an extreme expression of sectarian and nationalist rivalry.

The perspective of an attack against capitalist misery and bloodshed in this war, which has never been so compelling, depends on the ability to make apparent the frontier that exists between action and need of the proletarian class on one hand and the camp of the bourgeoisie, that of its democratic dictatorship, on the other hand. Not to point out this frontier means to underestimate historical role of the proletariat, but particularly to fail in assuming the important and fundamental role of its vanguard in the struggle. Capitalism is war, war is capitalism. At war as in peace, there is still capitalist profit, exploiters and exploited.

Refuse any united front in favour of one bourgeois faction or another! Stop this war of one bourgeois military apparatus against another. Turn your arms against your “own” officers, political sharks, foreign military advisers and capitalist bosses of your “own” camp. Be vanguard and show to “proletarians in uniforms” in ranks of Assad forces that there’s only one unity, that of exploited beyond the artificial frontiers of capitalism. Spread this method of our class action behind the front of your “enemy” soldiers to join you in executing bourgeois imperialist butchers who are the only to profit from this massacre.

###

We didn’t yet have the time to complete the international distribution of this text and to discuss in detail the ins and outs of it and a new centre of tensions between imperialist powers was already developing, this time in Europe. In the spring of 2014, we published two texts on the events in Ukraine, including this one: “War preparations between Ukraine and Russia. Show or reality?”, which addresses and develops the same themes and highlights the perspectives for our class as well as for its most determined minorities in terms of organization of revolutionary defeatism:

[…] Rumours of war resound noisily in Europe again, cannons are loaded, fighter-bombers are packed with murderous bullets and bombs, missiles point their nuclear warheads at their future objectives: after wars that caused unrest locally and according to circumstances in Yugoslavia, Georgia, Chechnya, Dagestan, Ossetia etc. during this last quarter of century, preconditions for a new war have been intensively maturing in the Ukraine now, a war much more extensive and with unimaginable international effects.

Since four months the Ukraine has been shaken by an important unrest emerging from the fertile soil of underlying contradictions that determine any class society and their concrete expressions: starvation wages, restructuring, layoffs, privatizations, cuts in social security that was a hangover from “the socialist era” etc. Of course these social movements (like all the struggles that develop nowadays) yet carry the seal of the lack of rupture with the managers of the social relation, as well as with their substitutes to come. Their political expression and consciousness seem to be so weak and false... But revolutionaries cannot just brush off the content of the events in a disdainful and patronizing manner. […]

Despite the bourgeois nature of various expressions and materializations issuing from the social movements, what the class of capitalists fears the most nowadays is an extension of the unrest to very metropolises of World’s super-powers. What would happen if similar events broke out in the Federation of Russia, Britain, USA or China? Capitalists would prefer to avoid, to say the least, this kind of “catastrophe” for the durability of their social dictatorship and they thus try to preventively channel all this whirlpool energy, all this social maelstrom into the ruts of war. […]

Once again capitalists get ready to send us to the massacre

This year 2014 the bourgeoisie commemorates the triggering off the First World War, while pretending that we are now living in a world of peace and harmony. […]but as in 1914 politico-military mechanisms are setting in motion, mechanisms that can easily get off the stranglehold of sorcerer’s apprentices who manages the world. […]

Beyond the development of the nationalist, chauvinist and patriotic hysteria in both opposing camps, and besides the particular circumstances that nourish the present preparations of war between the Ukraine and Russia, we have to highlight a fundamental point: the speed with which all this crisis has grown. Indeed, a few days or weeks were enough to reveal all the contradictions accumulated since the end of the “bipolar world” (the USSR against the USA, the East against the West, “communism” against “capitalism” according to both sides’ propaganda), i.e. since a quarter of century. All contradictions coming from the non-resolution of the historical crisis inherent to capitalism (considered as what it is basically, that is to say a global social relation) and that it is carrying in its womb; crisis that resulted from the new cycle of valorisation developed on the ruins of the previous World War. As the capitalist order detests vacuum, since the collapse of one of both imperialist blocs was an expression of such a vacuum, “order” begins to be restored with the re-bipolarization of the world, so much needed to the competition between the different factions of capital but also to the implementation of the objective conditions for a new war. We can therefore claim that history is accelerating! […]

We must also recall here the fundamental essence of war. Since the capitalist mode of production exists and therefore rules the whole planet, all wars are bourgeois, capitalist; beyond the ideologies for which capital pretends to wage them, all wars are wars against the proletariat, they are counterrevolutionary wars.

Beyond the inter-imperialist rivalries, it is always the devalorisation, the fall in the rate of profit which leads to a generalized overproduction of commodities and therefore also an overpopulation, what is the reason for bourgeois war. Even if according to the bourgeoisie’s own consciousness, the issue of the war is especially about destroying the enemy, in reality its main goal has always been the same in the past as well as now: i.e. the massive destruction of human beings nowadays turned by capitalism into surplus commodities.

To wage its wars, the bourgeoisie must eliminate the proletariat as a class, that is to say as an active force, to dissolve it into the people, and then recruit these citizens among other citizens under any flag hiding the hideous face of capitalism: the flag of antifascism or fascism, in the name of progress or reaction, in the name of “democracy” or a “new order”, the flag of the conquest of a vital space or the national liberation, of the defence of civilized West or anti-colonialism,... It’s always in the name of peace, freedom, democracy, socialism... that cadavers are piling up, that civilians as well as militaries are mutilated with cluster bombs, or that they are dying in concentration camps.

Communist action against capitalist war and peace

No matter finally how the current crisis […] will be resolved, because whatever it turns into – a local war, a regional war, or even a generalized war, or even if it doesn’t go further than the permanent war daily imposed by capitalism to the whole humanity, our reply is since centuries always and invariably the same. Internationalism is a proletarian answer to the bourgeois attacks and it means to break the social peace, the peace of capital, to develop our struggles there where we stand, against our direct exploiters everywhere in the world. We prepare our solution to the bourgeois crisis: the worldwide social revolution, while answering a blow for a blow to the deteriorations of our living conditions. It’s the only way to struggle against the bourgeois solution that is the generalized war.

And we would like here to criticize the pacifist and resigning positions articulated in some militant expressions formally claiming to belong to the camp of the anti-capitalist struggle which […] put forward the overused argumentation, used by Social democracy one thousand times, and one thousand times denounced by revolutionaries, according to which “capitalist war is terrain which is particularly hostile to the emergence of the proletariat as a class for itself”. Of course, we don’t take delight in the preparations of a new war orgy, but faced with this ineluctable or even unavoidable capitalist necessity, we refuse to sink into puerile snivelling. Historically, the Social Democrats always adored and praised the “linear progress” of the social movement, without a hitch, without a rupture, “progress” that would lead us peacefully to the “big night” of the proletarian new Eden. But the reality of the capitalist hell shows us other ways and we call proletarians in struggle not to capitulate and not to tie themselves up in paralyzing illusions. On the contrary we call upon them to give a new impetus to their action thanks to the new material conditions produced by the war and so to assume their responsibilities in the face of the history and the humanity…

Because the triggering of the imperialist war, even a generalized one, doesn’t necessarily mean the definitive crushing of the proletariat. Indeed, historically, if the war in the first time means a relative crushing, it can then dialectically determine a re-emergence of the struggles all the more strong since it is the war that exposes the contradictions and the brutality immanent to the capitalist system. For the revolutionary proletarians the struggle against war directly means revolutionary defeatism.

The revolutionary defeatism turns its back on all pacifism even when it is disguised and radicalized, that is to say it refuses all positions not giving any concrete and precise instructions with a view to encouraging and acting violently for the defeat of “our” camp, “our” nation, “our” army, “our” bourgeoisie.
[…] As long as the denunciation of the capitalist war remains limited only to claim a return to the previous period, to the peace (that can be nothing but the social peace so needed to the process of extraction of surplus value as a result of the obligation to go to work for us, modern slaves); as long as the dialectical links between the capitalist war and peace are not revealed and emphasized, all these pacifist demonstrations are only condemned to passively attend the imposition of even more terrorist social peace, the peace of graves…

Contrary to pacifist snivelling, the revolutionary defeatism means first of all no sacrifices in the name of interest of the nation, it means social struggles for working class living and working conditions, even when a war already sparked off and “our” bourgeoisie calls for national unity. On more advanced level it means to organize sabotage of the economy, the production, the weapons convoys... all the nationalist consensus, in parallel to organization of the obvious defeatist propaganda that has to shake the whole society up to the very foundations of the certainties enrooted in minds of all the “useful idiots”...
# The revolutionary defeatism means to organise all actions aiming to undermine the morale of the troops as well as to prevent dispatching proletarians to the slaughter...
# The revolutionary defeatism means to organise the most massive desertion and cease fire between proletarians in uniforms on both sides of the frontline, to leave distant fronts and to bring war, not between proletarians but between classes, i.e. class war, into centres of war super-powers...
# The revolutionary defeatism means to encourage fraternisation, mutinies, turning the guns against the organizers of war carnage, i.e. “our” bourgeoisie and their lackeys...
# The revolutionary defeatism means the most determined and offensive action with a view to turning the imperialist war into revolutionary war for the abolition of this class society based on starvation and war, revolutionary war for communism.

Obviously, the revolutionary defeatism can’t be conceived in only one camp. Anti-war sabotage, as we understand it, depends on the international nature of the proletariat and it is therefore aimed at our class all over the world. The revolutionary defeatism means the all-out struggle against “our” bourgeoisie in all camps, in all countries.

If the proletariat wants to definitively get rid of this slaughter, the one and only solution is to generalise actions of revolutionary defeatism. The development of struggle has its own requirements: it must break social cohesion not only in the units of the army but also in the whole society. For this we will have to put once and for all an end to nationalism while reaffirming loud and clear that proletarians have no interest in this war or in this dying world. We call for only one war, the war against our exploiters, no matter whether they are Ukrainian, Russian, American, German, English, French, Czech or whatever.

# More than ever we reaffirm our support to proletarians in struggle all over the world…
# We call on proletarians to denounce all military intervention and to strongly oppose it through direct action, sabotage, generalized and insurrectional strike…
# Wherever war planes and warships, missiles and poison gas come from, behind them there are always men and women – wage workers –who have to transport them to their destination, to fuel them… Only proletarians in struggle can and have to prevent the war machine to kill, the production machine to function…
# Let’s develop new hotbeds of struggle, let’s consolidate those already existing; let’s apply the strike to armies, factories, mines, offices, schools… anywhere we suffer exploitation from this world of death and misery…
# Against our own exploitative bourgeoisie, against our own warmongering State, in the US, Russia, Ukraine, France, Great Britain, EU, China, Iran, Turkey, Syria, etc., let’s organize and develop revolutionary defeatism.
# To be a patriot means to be a murderer! Down with all States!
# Class solidarity with the revolutionary defeatists of all camps!
# Let’s turn our guns against “our” generals, against “our own” bourgeoisie!
# Let’s raise again the flag of the world communist revolution!

Class War # april 2018

Source
PDF

Guerre de Classe 07/2018 : Frappes aériennes en Syrie ! Troisième guerre mondiale ? Show ou réalité ? Une seule guerre, la guerre de classe !

Plutôt donc que de réécrire pour la énième fois un texte spécifique sur cette question prégnante, nous avons décidé dans l’urgence de publier un bulletin reprenant les passages essentiels de deux textes diffusés il y a quelques années déjà mais qui n’ont rien perdu de leur « actualité ».

Ce 14 avril 2018, les grands médias bourgeois (qui expriment et matérialisent les intérêts de classe de nos exploiteurs et oppresseurs, toutes fractions confondues malgré les divergences conjoncturelles les différenciant) nous ont annoncé à grands coups de propagande guerrière qu’une coalition de trois parmi les plus importantes puissances au monde (les USA, la Grande Bretagne et la France) ont procédé à des frappes aériennes nocturnes sur diverses cibles « stratégiques » en Syrie, en représailles à une attaque chimique qui aurait été perpétrée par le régime baasiste, soutenu militairement, économiquement, politiquement, diplomatiquement par la Russie et l’Iran. Il est plutôt « cocasse » et « outrancier » que ces gangsters capitalistes mettent en avant la défense de « populations civiles » victimes de la logique morbide qui dirige ce monde, surtout lorsqu’on sait pertinemment bien que par exemple les USA possèdent le plus puissant complexe militaro-industriel de la planète, ainsi que les plus gigantesques réserves d’armes de destruction massive. Les USA ont ces dernières années non seulement contaminé des régions entières de l’ex-Yougoslavie et de l’Irak avec l’utilisation à grande échelle de munitions à « l’uranium appauvri », entrainant une augmentation drastique du nombre de cancers pour les populations locales, mais ils ont ainsi tout autant sacrifié leurs propres soldats exposés aux effets dévastateurs de tels armements.
Une fois de plus, à cette occasion, le spectre d’une troisième guerre mondiale a été brandi devant les yeux ébahis de milliards de prolétaires, en mettant en avant la possibilité d’un embrasement militaire USA versus Russie. Il semble évident à tout esprit sain et quelque peu critique que la version officielle devant servir de justification à ces frappes aériennes ne tient pas la route et n’a aucun sens. Ni les capitalistes étatsuniens, britanniques et français, et certainement pas non plus les capitalistes russes, syriens ou iraniens, en ont quelque chose à foutre fondamentalement du sort des prolétaires écrasés sous les déluges de bombes, de missiles, de mitrailles, de gaz et autres joyeusetés produites par l’Eden capitaliste. La raison fondamentale de toute cette mise en scène, c’est la préparation idéologique, psychologique des masses de prolétaires atomisés dans leur condition de citoyens à la réalité future et inévitable de la guerre généralisée.
Plutôt donc que de réécrire pour la énième fois un texte spécifique sur cette question prégnante, nous avons décidé dans l’urgence de publier un bulletin reprenant les passages essentiels de deux textes diffusés il y a quelques années déjà mais qui n’ont rien perdu de leur « actualité ». Commençons donc par le texte « Menaces de frappes aériennes en Syrie ! Troisième guerre mondiale ? Une seule guerre, la guerre de classe ! », publié en septembre 2013 après une première importante attaque chimique en Syrie :
Plus de 110.000 morts, deux millions de réfugiés dans les pays voisins, plus de trois millions de déplacés à l’intérieur du pays, 130.000 arrestations et disparitions, des tonnes de bombes, de missiles, d’obus, de bombes à fragmentation… C’est cela la réalité de la guerre en Syrie depuis 2 ans et demi ! [depuis lors, aujourd’hui en 2018, ces chiffres morbides ont évidemment explosés !]
Et comme si cette matérialisation de la guerre permanente du capitalisme contre le prolétariat ne suffisait pas, les grands média bourgeois nous annoncent ce 21 août [2013] « l’horreur suprême » : des gaz toxiques ont été utilisés dans un quartier périphérique de Damas, faisant plus de 1.300 morts et 3.600 blessés.
Toutes les accusations sont lancées contre le régime syrien qui n’en serait pas à son premier massacre, et qui a déjà prouvé ce dont il est capable en termes de répression. D’autres voix s’élèvent pour accuser des groupes de « rebelles », plus précisément des djihadistes soutenus militairement par l’Arabie Saoudite et le Qatar.
Nous, communistes, ne voulons en aucune façon entrer dans cette polémique, et encore moins cautionner les élucubrations « conspirationnistes » et autres « théories du complot », très à la mode jusque dans certains milieux « militants » et « ultragauchistes ». Car fondamentalement, que ce soit l’État capitaliste en Syrie, représenté par le régime baasiste, ou que ce soit l’une ou l’autre des fractions combattantes de « l’opposition » bourgeoise, avec l’appui de puissances régionales ou internationales, c’est finalement le terrorisme d’État, l’État terroriste des capitalistes, qui est responsable de ce gazage antihumain et anti-prolétarien, comme il est responsable de toute cette guerre, comme de toute guerre…
Mais aujourd’hui, alors que le capitalisme traverse sa pire crise de valorisation depuis la fin de la seconde boucherie mondiale, sa seule alternative, une fois encore, c’est la destruction massive de forces productives excédentaires (de marchandises, de travail mort, mais aussi de marchandises forces de travail, donc de travail vivant, donc de prolétaires !)… La seule solution viable pour le capitalisme (afin de relancer ultérieurement un nouveau cycle de valorisation), c’est donc la guerre généralisée, […] Son seul problème (qui est de taille !), c’est comment mobiliser mondialement le prolétariat pour que celui-ci se laisse embrigader dans une quelconque campagne idéologique afin de justifier les futurs massacres.
Les actuels roulements de tambours guerriers qui résonnent en vue d’une intervention militaire de certaines puissances occidentales en Syrie participent de cette campagne idéologique. D’autant plus que la Syrie est au cœur d’une région qui est l’enjeu géostratégique des appétits voraces des capitalistes. Deux grandes constellations d’États se partagent déjà le terrain et participent à la redistribution des cartes dans la région : d’un côté, la Russie, la Chine et l’Iran qui soutiennent le régime en place (mais jusqu’à quel point ce soutien ne menacera pas l’ensemble de leurs intérêts ?), et de l’autre côté, les USA, la France, la Grande Bretagne et leurs alliés régionaux la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar…
Les menaces d’intervention militaire renforcent cette polarisation et confortent également dans leur analyse l’opinion publique, la propagande bourgeoise, les « spécialistes » de la question, et jusqu’à des groupes et organisations qui se revendiquent de la révolution sociale, de la lutte anticapitaliste, de l’insurrection prolétarienne, de la lutte pour le communisme et/ou l’anarchie, qui ne cessent de répéter ad nauseam […] que les événements en Syrie ne seraient qu’une guerre par procuration (entre ces diverses puissances étatiques), ou à tout le moins une guerre civile entre deux camps bourgeois (avec le soutien de ces mêmes puissances étatiques) : le régime baasiste contre « l’opposition démocratique » (qui dans certains cas est réduite à sa plus simple expression djihadiste)…
Or, cette version et cette compréhension de l’histoire, et donc des faits qui se déroulent devant nos yeux, même si elle recouvre une partie de la réalité sur le terrain, élimine purement et simplement l’autre aspect de cette matière sociale en mouvement, qui pour nous communistes est fondamental : c’est la lutte de classe qui fut le déclencheur essentiel de tout ce qui se passe aujourd’hui. En mars 2011, un important mouvement de lutte, un soulèvement de nature prolétarienne, s’est déclenché contre la misère, contre l’augmentation des prix, contre le chômage, contre les mesures d’austérité drastiques imposées durant la précédente décennie en Syrie, contre la répression… Les prolétaires ont tenté dès le début de dépasser la spontanéité du mouvement, diverses structurations de lutte se sont mises en place dont des centaines de comités de coordination (Tansiqyat) qui essayent de répondre dans la pratique aux besoins de la lutte, de son organisation sur le terrain, de sa coordination, de sa centralisation, de son renforcement, de son extension et de son auto-défense, bien qu’ils développent des niveaux de radicalité très contradictoires quant aux perspectives de la lutte. Très rapidement également le mouvement de notre classe riposta à la terreur étatique par l’action directe, poussant au défaitisme dans les appareils centraux de la répression…
Par manque de développement de ses perspectives, par manque de direction révolutionnaire, et sous l’effet de la direction donnée par différentes fractions bourgeoises qui essayent de réaliser leurs propres intérêts en se servant de la lutte prolétarienne, cette lutte de classe, cette guerre de classe, s’est partiellement transformée en lutte inter-bourgeoise, en guerre civile interne, et en guerre par procuration. Cela n’enlève rien à l’importance de la nature fondamentalement prolétarienne du mouvement. Partout et toujours dans l’histoire où les deux classes antagonistes se sont affrontées, des fractions bourgeoises se sont soit provisoirement coalisées contre un même ennemi, soit ont continué à s’opposer pour qu’émerge conséquemment un seul et puissant pôle contre-révolutionnaire capable d’abattre la classe historiquement déterminée à en finir avec ce cauchemar séculaire qu’est le capitalisme et son rapport social (Commune de Paris, Russie, Allemagne, Espagne…). Partout et toujours dans cette même histoire, des « puissances étrangères » sont intervenues soit pour réprimer directement le mouvement de notre classe (opérations de gendarmerie internationale), soit pour soutenir un camp bourgeois contre un autre (« Guerre civile en Russie » de 1918 à 1921 durant laquelle diverses armées occidentales ont militairement soutenus les « blancs » contre les « rouges »), soit encore pour se faire la guerre par procuration (Espagne 1936-39)… Et il en sera ainsi dans tous les futurs conflits qui embraseront le monde de la valeur jusqu’à son abolition violente par la force de la révolution sociale.
Pour en revenir à la Syrie, rappelons ce que nous écrivions […] dans un autre texte : « il est indéniable que les bombardements des villes et les massacres, la terrible répression étatique et la militarisation de celle-ci, s’imposent comme une force lancinante qui tente d’embrigader les prolétaires en lutte (…) à travers la constitution de deux fractions bourgeoises qui s’opposent pour la conquête du pouvoir et la gestion de l’antagonisme social. Toutes les puissances étatiques internationales et régionales (…) poussent à la militarisation de l’affrontement de classe, et ainsi à lui faire perdre sa dynamique de subversion de ce monde de misère, bref à dépouiller le prolétariat de son autonomie de classe… Le troisième camp en Syrie (c’est-à-dire le prolétariat opposé aux deux pôles de la contre-révolution) court à sa perte et à son embrigadement si l’isolement dans lequel il est plongé n’est pas brisé, si le contenu puissamment universel de sa lutte (comme de toute lutte de notre classe) n’est pas mis en avant, s’il ne trouve pas rapidement un écho à ses luttes, si de nouveaux foyers insurrectionnels ne se développent pas ailleurs afin de ne plus donner un seul instant de répit aux bourgeois voraces… »
Tout mouvement de lutte et de subversion des rapports sociaux dans l’histoire possède sa propre dynamique, qui si elle ne se développe pas, si elle ne s’étend pas, dépérit pour finalement disparaître. Certes, […], la dynamique du mouvement de lutte de notre classe en Syrie s’est essoufflée, […], sous les coups de boutoir simultanés des bombardements, des tueries, des massacres, des emprisonnements, sous l’action également des diverses politiques réformistes qui utilisent les prolétaires comme chair à canon dans leur guerre entre fractions bourgeoises, et sans compter l’influence des tendances djihadistes qui transforment la guerre de classe en guerre sectaire et communautariste, malgré la forte résistance du prolétariat.
Cette résistance du prolétariat aux diverses fractions djihadistes qui essaient de confisquer notre lutte et d’imposer le retour à l’ordre (entre autre à travers l’ordre moral et religieux) dans les « zones libérées » s’est […] exprimée […] à travers une série d’actions que la presse bourgeoise s’est évidemment bien tenue d’ignorer. […]

A tous les prolétaires combattifs en Syrie !
Nous tenons enfin à mettre en garde les prolétaires en lutte en Syrie qui, exsangues de subir les incessants bombardements et massacres orchestrés par le régime en place, développent encore des illusions sur une intervention de « la communauté internationale » (qui n’est rien d’autre qu’une bande de gangsters capitalistes), qui en appellent à des frappes aériennes ou à l’imposition d’une « zone d’exclusion aérienne »… Il n’y a rien à attendre d’une quelconque puissance étatique qui toutes ont toujours combattu et réprimé les révoltes prolétariennes dans l’histoire. Que ce soit en Indochine et en Algérie durant les années ’50 ou au Vietnam plus tard, les armées française et américaine n’ont laissé sur les champs de bataille que des monceaux de cadavres… Que ce soit en Irak, en Somalie, en Yougoslavie, en Afghanistan ou encore très récemment en Lybie, que ce soit sous prétexte de « guerre contre la terreur » ou d’« action humanitaire », les enjeux impérialistes n’ont signifié qu’une réorganisation de l’exploitation et le remplacement d’un dictateur par un autre ou par une brochette de tortionnaires plus présentables et plus « respectables »… Non, il n’y a rien à attendre pour le développement de nos luttes en choisissant un « moindre mal » contre un « pire »… [Et cela est tout autant valable pour les prolétaires du Rojava qui s’imaginent que les organisations national-social-libérationnistes qui les encadrent et les transforment en chair à canon puissent assumer dans la confrontation actuelle un autre rôle que celui de mercenaires sur le terrain des grandes puissances capitalistes.]

A tous les prolétaires combattifs en Syrie !
Au début, vous vous êtes révoltés contre la misère et la répression qu’une fraction particulière (le régime baasiste) de la classe dirigeante vous imposait. Mais un trop grand nombre d’entre vous se sont fait les auxiliaires d’une autre fraction bourgeoise de gestionnaires du capitalisme en participant à la guerre, dans le camp du front unitaire du nationalisme et du sectarisme. On vous dit, nos ennemis aimeraient vous faire croire que cette guerre « contre Assad » ne ressemble à aucune autre. Tous les représentants et toutes les tendances du front unitaire « anti-Assad » vous chuchotent à l’oreille qu’il faut remettre à plus tard, pour une raison tactique, l’attaque contre la classe possédante capitaliste, les rapports sociaux existants et l’état des choses actuel, jusqu’à ce que le « diabolique » Assad soit vaincu. En acceptant cela, vous ne vous rangez pas dans le camp du prolétariat, mais contre lui. Vos alliés ne sont dès lors plus les prolétaires, les exploités, mais la bourgeoisie. Adhérer au front unitaire, c’est se battre pour quelqu’un d’autre, c’est être une expression extrême de la rivalité sectaire et nationaliste.
La perspective d’une attaque contre la misère capitaliste et les effusions de sang dans cette guerre, qui n’a jamais été aussi impérieuse, dépend de la capacité de rendre apparente la frontière qui sépare l’action et les besoins de la classe prolétarienne d’un côté, et le camp de la bourgeoisie, celui de sa dictature démocratique de l’autre. Ne pas relever cette frontière signifie sous-estimer le rôle historique du prolétariat, et plus particulièrement faillir dans le fait d’assumer le rôle important et fondamental de son avant-garde dans la lutte. Le capitalisme, c’est la guerre, et la guerre, c’est le capitalisme. A la guerre comme dans la paix, il y a toujours le profit capitaliste, les exploiteurs et les exploités.
Refusez tout front unitaire en faveur d’une fraction bourgeoise ou d’une autre ! Arrêtez cette guerre d’un appareil militaire bourgeois contre un autre, retournez vos armes contre vos « propres » officiers, contre les requins politiques, contre les conseillers militaires étrangers et les patrons capitalistes de votre « propre » camp. Soyez l’avant-garde et montrez aux « prolétaires en uniforme » dans les rangs des forces d’Assad que la seule unité, c’est celle des exploités au-delà des frontières artificielles du capitalisme. Étendez cette méthode de notre action de classe derrière le front des soldats « ennemis » afin qu’ils se joignent à vous pour exécuter les bouchers impérialistes bourgeois qui sont les seuls à tirer profit de ce massacre.

Nous n’avions pas eu le temps de parachever la diffusion internationale de ce texte et d’en discuter en profondeur les tenants et les aboutissants, qu’un nouveau foyer de tensions entre puissances impérialistes se développait, en Europe cette fois. Au printemps 2014, nous avons publié deux textes autour de la question des événements en Ukraine dont celui-ci : « Préparatifs guerriers entre l’Ukraine et la Russie. Show ou réalité ? », qui aborde et développe les mêmes thématiques, et met en avant les perspectives pour notre classe ainsi que pour ses minorités les plus déterminées en termes d’organisation du défaitisme révolutionnaire :
[…] A nouveau, les bruits de bottes résonnent bruyamment en Europe, les canons s’affutent, les bombardiers regorgent de dragées meurtrières, les missiles dardent leurs pointes nucléaires sur leurs futurs objectifs : après les guerres qui ont localement et conjoncturellement embrasé la Yougoslavie, la Géorgie, la Tchétchénie, le Daghestan, l’Ossétie, etc. durant ce dernier quart de siècle, voici maintenant que s’intensifie la maturation des conditions du déclenchement en Ukraine d’une nouvelle guerre, d’une ampleur plus considérable encore, avec des répercussions internationales inimaginables.
Depuis quatre mois, d’importants troubles secouent ce pays. Ces troubles ont émergé du sol fertile des profondes contradictions qui déterminent toute société de classe ainsi que leurs expressions concrètes : salaires de misère, restructuration, licenciements, privatisations, diminution des aides sociales qui constituaient un reliquat de « l’ère socialiste », etc. Bien sûr, ces mouvements sociaux (comme toutes les luttes qui se développent aujourd’hui) portent encore le sceau du manque de rupture avec les gestionnaires du rapport social, ainsi qu’avec leurs futurs remplaçants. Leur expression politique et leur conscience semblent être si faibles et fausses… Mais les révolutionnaires ne peuvent pas juste balayer d’un revers de main le contenu des événements, de manière dédaigneuse et condescendante. […]
Malgré la nature bourgeoise de diverses expressions et matérialisations émanant des mouvements sociaux, ce que la classe des capitalistes craint le plus aujourd’hui, c’est une extension des troubles aux métropoles des superpuissances mondiales. Que se passerait-il si de pareils événements devaient éclater dans la Fédération de Russie, en Grande-Bretagne, aux USA, en Chine ? A tout le moins, les capitalistes préféreraient éviter ce genre de « catastrophe » pour la pérennité de leur dictature sociale et ils tentent ainsi de canaliser préventivement toute cette bouillonnante énergie, tout ce maelström social dans les ornières de la guerre. […]

Une fois encore les capitalistes se préparent à nous envoyer au massacre
Cette année 2014, la bourgeoisie commémore le déclenchement de la première guerre mondiale, tout en prétendant que nous vivons maintenant dans un monde de paix et d’harmonie. Mais […] comme en 1914 des mécanismes politico-militaires sont en train de se mettre en route, et qui peuvent très bien échapper à la mainmise des apprentis sorciers qui dirigent le monde. […]
Au-delà du développement de l’hystérie nationaliste, chauvine et patriotique dans les deux camps en présence, ainsi que des circonstances particulières qui alimentent les actuels préparatifs de guerre […], nous devons mettre en avant un point fondamental : la rapidité avec laquelle toute cette affaire a pris de l’ampleur. En effet, quelques jours, quelques semaines seulement ont suffi à révéler toutes les contradictions accumulées depuis la fin du « monde bipolaire » (l’URSS contre les USA, l’est contre l’ouest, le « communisme » contre le « capitalisme » selon la propagande des deux camps), soit depuis un quart de siècle. Toutes contradictions qui provenaient de la non-résolution de la crise historique inhérente au capitalisme (considéré en tant que ce qu’il est fondamentalement, c’est-à-dire un rapport social mondial) et que celui-ci porte dans ses flancs ; crise qui résulta du nouveau cycle de valorisation qui s’est développé sur les ruines du précédent conflit mondial. L’ordre capitaliste ayant horreur du vide, dont la faillite d’un des deux blocs impérialistes fut une expression, tout commence à « rentrer dans l’ordre » avec la re-bipolarisation du monde, tant nécessaire à la compétition entre les différentes fractions du capital mais également à la mise en place des conditions objectives d’une nouvelle guerre. Nous pouvons donc affirmer que l’histoire s’accélère ! […]
Nous nous devons également de rappeler ici l’essence fondamentale de la guerre. Depuis que le mode de production capitaliste existe et donc domine la planète entière, toutes les guerres sont bourgeoises, capitalistes, toutes les guerres, au-delà des idéologies pour lesquelles le capital dit les faire, sont des guerres contre le prolétariat, sont des guerres contre-révolutionnaires.
La cause des guerres bourgeoises est toujours, au-delà des rivalités inter-impérialistes, la dévalorisation, la chute du taux de profit entraînant une surproduction généralisée de marchandises et donc aussi une surpopulation. Pour la bourgeoisie, hier comme aujourd’hui, le but principal (même si selon sa propre conscience il s’agit surtout de détruire l’ennemi) est toujours le même : la destruction massive d’êtres humains que le capitalisme a transformés en marchandises aujourd’hui excédentaires.
La bourgeoisie doit, pour faire ses guerres, liquider le prolétariat en tant que classe c’est-à-dire en tant que force agissante, pour le dissoudre dans le peuple, pour alors embrigader ces citoyens parmi d’autres citoyens derrière n’importe quel drapeau cachant la face hideuse du capitalisme : le drapeau de l’antifascisme ou du fascisme, au nom du progrès ou de la réaction, au nom de la « démocratie » ou d’un « ordre nouveau », de la conquête d’un espace vital ou de la libération nationale, de la défense de l’occident civilisé ou de l’anticolonialisme,… C’est toujours au nom de la paix, de la liberté, de la démocratie, du socialisme,… que s’amoncellent les cadavres, que civils comme militaires sont mutilés à coups de bombes à fragmentation, qu’ils sont concentrés dans des camps pour crever.

Action communiste contre la guerre et la paix capitalistes
Qu’importe finalement l’issue de la crise actuelle […] car que cela se transforme en guerre locale, en guerre régionale ou encore en guerre généralisée, ou bien que cela n’en reste qu’à la guerre permanente que le capitalisme impose quotidiennement à l’ensemble de l’humanité, notre réponse est toujours, et invariablement, la même depuis des siècles. L’internationalisme est la réponse prolétarienne aux attaques bourgeoises et signifie rompre la paix sociale, la paix du capital, développer nos luttes là où l’on se trouve, contre nos exploiteurs directs partout dans le monde. C’est en répondant coup pour coup aux dégradations de nos conditions de vie que nous préparons notre solution à la crise bourgeoise : la révolution sociale mondiale. C’est l’unique moyen de lutter contre la solution bourgeoise qu’est la guerre généralisée.
Et nous tenons ici à critiquer les positions pacifistes et liquidatrices de certaines expressions militantes se revendiquant formellement de la lutte anticapitaliste et qui […] avancent l’argument éculé, mille fois utilisé par la social-démocratie, mille fois dénoncé par les révolutionnaires, selon lequel « la guerre capitaliste est un terrain particulièrement hostile à l’émergence du prolétariat comme classe pour soi ». Bien sûr, nous ne nous réjouissons pas des préparatifs d’une nouvelle orgie guerrière, mais face à cette nécessité capitaliste inéluctable, voire inévitable, nous refusons de sombrer dans de puériles pleurnicheries. Historiquement, les sociaux-démocrates ont toujours adoré et prôné le « progrès linéaire » du mouvement social, sans accrocs, sans ruptures, qui nous mènerait pacifiquement au « grand soir » du nouvel Eden prolétaire. Mais la réalité de l’enfer capitaliste nous montre d’autres voies et nous appelons les prolétaires en lutte non pas à capituler et à s’enferrer dans des illusions paralysantes mais au contraire à rebondir sur les nouvelles conditions matérielles produites par la guerre et ainsi à assumer leurs responsabilités devant l’histoire et l’humanité…
Car le déclenchement de la guerre impérialiste même généralisée ne signifie pas nécessairement l’écrasement définitif du prolétariat. En effet, historiquement, si la guerre signifie dans un premier temps un relatif écrasement, elle peut ensuite dialectiquement déterminer une reprise des luttes d’autant plus forte qu’elle a mis à nu les contradictions et la brutalité immanente au système capitaliste. Pour les prolétaires révolutionnaires, la lutte contre la guerre signifie directement le défaitisme révolutionnaire.
Le défaitisme révolutionnaire tourne le dos à tout pacifisme même déguisé et radicalisé, c’est-à-dire qui ne donne aucune consigne concrète et précise en vue d’encourager et d’agir violemment pour la défaite de « son » camp, « sa » nation, « son » armée, « sa » bourgeoisie.
[…] Tant que la dénonciation de la guerre capitaliste ne se limite qu’à revendiquer un retour à la période antérieure, à la paix (qui ne peut être que la paix sociale tant nécessaire au processus d’extraction de plus-value provenant de la mise au travail forcé des esclaves modernes que nous sommes), tant que les liens dialectiques entre la guerre et la paix capitalistes ne sont pas dévoilés dans toute leur évidence, tous ces manifestants pacifistes ne sont condamnés qu’à assister passivement à l’imposition d’une paix sociale encore plus terroriste, la paix des cimetières…
Au contraire de toutes ces pleurnicheries pacifistes, le défaitisme révolutionnaire signifie avant tout qu’aucun sacrifice n’est accepté au nom de l’intérêt de la nation, ce qui signifie l’organisation de luttes sociales par rapport aux conditions de vie et de travail de la classe ouvrière, même lorsqu’une guerre est déclenchée et que « notre » bourgeoisie appelle à l’unité nationale. A un niveau plus avancé, cela signifie l’organisation du sabotage de l’économie, de la production, des convois d’armements,… de tout le consensus nationaliste, parallèlement à l’organisation de l’évidente propagande défaitiste qui doit ébranler toute la société jusqu’aux fondements mêmes des certitudes ancrées chez les « idiots utiles » qui marchent encore au pas…
 Le défaitisme révolutionnaire signifie l’organisation de toute action visant à saper le moral des troupes ainsi que d’empêcher l’envoi de prolétaires à la boucherie…
 Le défaitisme révolutionnaire signifie l’organisation de la désertion la plus massive possible et la cessation des hostilités entre les prolétaires sous l’uniforme des deux côtés du front de guerre, ce qui signifie la transformation de la guerre entre prolétaires en une guerre entre les classes, c’est-à-dire la guerre de classe, la guerre dans les centres des superpuissances guerrières…
 Le défaitisme révolutionnaire signifie l’encouragement à la fraternisation, à la mutinerie, au retournement des fusils contre les organisateurs de la guerre carnassière, c’est-à-dire « notre » bourgeoisie et ses laquais…
 Le défaitisme révolutionnaire signifie l’action la plus décidée et la plus offensive en vue de transformer la guerre impérialiste en guerre révolutionnaire pour l’abolition de cette société de classe, de misère et de guerre, pour le communisme.
Evidemment, le défaitisme révolutionnaire ne peut se concevoir dans un seul camp. Les directives de sabotage sont fonction de la nature internationale du prolétariat et s’adressent donc à notre classe dans le monde entier. Le défaitisme révolutionnaire signifie la lutte à outrance contre « sa » bourgeoisie dans tous les camps, dans tous les pays.
Si le prolétariat désire se débarrasser définitivement de la boucherie qui l’extermine, la seule et unique solution est la généralisation en actes du défaitisme révolutionnaire. Le développement de la lutte a ses exigences : elle doit briser la cohésion sociale non seulement des unités de l’armée, mais aussi de l’ensemble de la société. Pour cela, il faut en finir une bonne fois pour toute avec le nationalisme en réaffirmant haut et fort que les prolétaires n’ont aucun intérêt dans cette guerre, ni dans ce monde agonisant. Nous ne revendiquons qu’une seule guerre, celle qui nous oppose à nos exploiteurs, qu’ils soient ukrainiens, russes, américains, allemands, anglais, français, tchèques ou autres.

 Plus que jamais, nous réaffirmons notre soutien aux prolétaires en lutte partout dans le monde…
 Nous appelons les prolétaires à dénoncer toute intervention militaire et à s’y opposer fermement par l’action directe, par le sabotage, par la grève généralisée et insurrectionnelle…
 D’où que proviennent les avions et les navires de guerre, les missiles et les gaz toxiques, il y a toujours derrière des hommes et des femmes – des esclaves salariés – qui doivent les acheminer vers leur destination, remplir les réservoirs de kérosène… Seuls les prolétaires en lutte peuvent et doivent empêcher la machine guerrière de tuer, la machine de production de fonctionner…
 Développons de nouveaux foyers de lutte, renforçons ceux déjà existant, appliquons la grève aux armées, aux usines, aux mines, aux bureaux, aux écoles… partout où nous subissons l’exploitation de ce monde de mort et de misère…
 Contre notre propre bourgeoisie exploiteuse, contre notre propre État belliciste, aux USA, en Russie, en Ukraine, en France, en Grande Bretagne, dans les autres pays de l’Union Européenne, en Chine, en Iran, en Turquie, en Syrie, etc., organisons et développons le défaitisme révolutionnaire.
 Etre patriote, c’est être assassin ! A bas tous les Etats !
 Solidarité de classe avec les défaitistes révolutionnaires de tous les camps !
 Retournons nos armes contre « nos » généraux, contre « notre propre » bourgeoisie !
 Reprenons le drapeau de la révolution communiste mondiale !

 Guerre de Classe # avril 2018 