Theses on the 2018 proletarian struggles in the Near and Middle East and their prospects

An article summary
The following theses give an introductory summary to the article Iran: What after the repression of the Haft Tapeh workers and the steelworkers in Ahvaz? published in full length on the author’s Libcom blog.

The struggle of Haft Tapeh in Shûsh and of the steelworkers in Ahvâz (Iran) seems to have come to an end. This is a moment to learn the lessons of the five waves of proletarian struggles that shook the Middle East in 2018. In the next wave of struggles the previous steps will be repeated. When their lessons are learned – and integrated with those of the revolutionary wave of 1917-1923; the next steps will be accomplished with a heightened mass consciousness, with an improved mass organization and for higher class goals. The proletarians in the Middle East have not yet become conscious of it, but the struggle to defend their livelihood, turning itself against the imperialist war, is developing towards a revolution compared to which the overthrow of the Shah regime in 1979 was only child’s play.

Waves of mobilizations
==================

1. From strikes by oil workers in Iraqi Kurdistan to strikes in Iran

It is promising that the current movement started at the end of 2017 in Iraq and spread from there to Iran. This movement has spread internationally across the borders of states. From the start, this has been an important characteristic that will be reinstated in the next waves of struggles. It will be of enormous significance if workers on strike and demonstrations also would explicitly indicate, with slogans and on banners or signs, that they have taken over the struggles of workers in other countries.

2. Street demonstrations by the young unemployed; the succession of slogans against war

The slogans against imperialist war succeed each other in ever higher consciousness and against all factions of the Ayatollah Regime. We have seen strikes in the factories move on to street demonstrations, in which workers from other enterprises, unemployed proletarians and other non-capitalist sections of the population can join. This results in an (ultimately revolutionary) dynamic that is completely different from workers joining a movement of “the people”. In the latter case the middle classes prevail with their bourgeois struggle for “democracy” and participation in elections or other changes at the top, in practice. This was the case with the movement of the “yellow jackets” in France and Belgium in 2018; the so-called Arab Spring in 2011, and with the 1978/1979 movement in Iran, when the ‘opposition’ of the National Front and the ayatollahs drowned the workers’ movement in a “people’s movement” and restricted it to driving out the Shah, with the state and the army being left in power.

These first two waves reached their limits by lack of organization, other than by social media. It is only in the fifth wave, in the struggle of the workers of Haft Tapeh, that an organization is formed.

3. Despite repression, strikes and demonstrations everywhere in Iran, Tunisia and Jordan

Endemic unemployment is a characteristic of present capitalism in crisis, with especially devastating effects in the Middle East, whose demographic pyramid is characterized by a high percentage of the young. The movement still seems to rely mainly on anonymity and social media and the lack of organization has not been overcome. The last “spontaneous” movement takes place in southern Iraq’s oil region bordering on Iran.

4. The movement crosses borders to South Iraq

Some characteristics of this movement and the underlying motives of the proletarians deserve special attention:

1. It took simultaneously place in Iran and Iraq and was directed against the same conditions: unemployment, a lack of basic services such as electricity (partly from Iran, but cut off for lack of payment), drinking water and water for agriculture (tapped for nuclear power plants in Iran), health care, high rents, non-payment of wages, the total implausibility of politicians by corruption, favoritism and electoral fraud;
2. It targeted religious authorities;
3. Proletarians in uniform and demobilized soldiers were present and have actively participated;
4. Like in Tunisia, in southern Iraq unemployed workers went to the enterprises and claimed to be hired.

5. Khuzestan: workers at Haft Tapeh (Shûsh) and INSIG steel (Ahvâz) unite their struggle

The strikes by sugar cane and steelworkers in Khuzestan attracted attention with video footage of mass meetings and publicly acting spokespersons shared via the Internet. One of them, Ismail Bakhshi, brought forward the perspective of a “Shora”. This has been hailed by revolutionary groups in Europe and North America as a Workers’ Council, and even as a Soviet in the image of the revolutionary councils in the Russian Revolutions of 1905 and 1917. In fact, workers in Iran were far from this. Their organization in General Assemblies (GA) and a strike committee has been encouraging, but does not suffice. Whereas being on strike in two ‘nearby’ cities simultaneously (at a distance of about 100 km) is positive, the organization of the workers was limited to the workplace. In the future their organization should cover larger geographical areas. Secondly, the search for active solidarity must have a wider scope than a focus on ‘similar problems with management’, i.e. the non-payment of wages, against the background of a state-manipulated “privatization” of state-owned enterprises. At the time, the Shah’s regime only really began to falter when the relatively privileged oil workers went on strike.

Perspectives

The slogan “Bread, Work, Freedom and Workers Council” has played an important role in focusing the workers’ struggle on common goals. Of course, when the struggle develops, new demands will reflect higher goals. Already missing is a demand to involve oil workers. Should that succeed, no concession will be too much for the rulers to regain the power that the working class, forged into a fighting unity, actually holds.

1. For revolutionary workers’ councils

As far as we know, Ismail Bakhshi’s proposal to establish a “Shora” was intended to be an organization of workers of an enterprise to influence the its policy, regardless of whether it is in the hands of private entrepreneurs or of the state, as was the case before the so-called privatization. He didn’t intend more than an innocent works’ council, like those that legally exist in almost all industrialized countries to promote the cooperation of capital and labor. So, why has Ismail Bakhshi been accused of endangering the security of the state, why has he been imprisoned, abused, tortured and finally – in an attempt to appease the angry workers – been placed under house arrest? Because Shoras founded by workers themselves, struggling for their own interests, apart from existing parties and other interests, can develop from innocent institutions for controlling what happens in the enterprise and from harmless participatory bodies into organizations for expanding and coordinating the proletarian struggle. Ultimately, in this struggle, they can grow into an organization of workers’ power, more or less equivalent to the power of capital, state and army, and overthrow it.

2. Towards a way of production and distribution without profit, market, capital and money

When they have all the power in their hands, the workers’ councils are able to initiate production and services and use them for their own class purposes. Even in anticipation of such a revolutionary situation, this can already be done (as the strike committees in Poland did in 1980) by supplying electricity to working-class and popular neighborhoods, by making public transport free, but boycotting government districts and bourgeois neighborhoods. In doing so, the struggling workers show that, as a productive class, they offer society the prospect of production and distribution for social needs, not dependent on profit, the market, capital and money.

3. Unemployed and employed workers should unite

The working proletarians can open up their occupied enterprises to unemployed proletarians to allow them participating in joint general assemblies, possibly including them in production. After a takeover of power by the workers’ councils, the latter will take place on a large scale.

4. To end the imperialist wars, turn your weapons against the class enemy in your own country

The First World War only ended as not only the workers and soldiers in Russia rebelled with their councils and took over power, but as sailors, soldiers and workers in Germany began to follow this example. The same way the present wars between regional imperialist powers and between the superpowers will only stop when the proletarians in uniform turn their weapons against their own rulers.

F.C., January 2, 2019

Proofreading: H.C., January 2, 2019

If you find the aforementioned article summary interesting, please distribute the applicable link(s):

* To the complete article: https://libcom.org/blog/iran-what-after-repression-haft-tapeh-workers-steelworkers-ahvaz-24122018
* To this summary: https://afreeretriever.wordpress.com/?p=1167.

Who wants to help translate the complete article on workers’ struggles in Iran into French, German, Arabic, Kurdish or Farsi?

Please mail to FredoCorvo@gmail.com.

Illustration: “Be afraid, we are all united” – Demonstration of 3,000 retirees from different sectors and locations in front of the Iranian parliament (December 18, 2018), putting forward economic demands and the release of imprisoned workers in the country “from Ahvâz to Tehran”. Source: http://wpiran.org/english/?p=1284

Thèses sur les luttes prolétariennes de 2018 au Proche et au Moyen-Orient et leurs perspectives

Résumé de l’article
Les thèses qui suivent donnent un résumé introductif à l’article Iran : Que s’est-il passé après la répression des travailleurs de Haft Tapeh et des métallurgistes d’Ahvaz ? publié en anglais dans son intégralité sur le blog Libcom de l’auteur.

La lutte de Haft Tapeh à Shûsh et des métallurgistes à Ahvâz (Iran) semble avoir pris fin. C’est le moment de tirer les leçons des cinq vagues de luttes prolétariennes qui ont secoué le Moyen-Orient en 2018. Dans la prochaine vague de luttes, les étapes précédentes seront répétées. Lorsque leurs leçons seront tirées – et intégrées à celles de la vague révolutionnaire de 1917-1923 ; les prochaines étapes seront accomplies avec une conscience de masse accrue, avec une meilleure organisation de masse et pour des objectifs de classe plus ambitieux. Les prolétaires du Moyen-Orient n’en ont pas encore pris conscience, mais la lutte pour la défense de leurs moyens de subsistance, qui s’oppose à la guerre impérialiste, s’oriente vers une révolution en comparaison de laquelle le renversement du régime du Shah en 1979 n’a été qu’un jeu d’enfant.

Des vagues de mobilisation
======================

1. Des grèves des travailleurs du pétrole au Kurdistan irakien aux grèves en Iran

Il est de bon augure que le mouvement actuel ait commencé à la fin de 2017 en Irak et se soit étendu de là à l’Iran. Ce mouvement s’est répandu à l’échelle internationale au-delà des frontières des États. Dès le début, il s’agit d’une caractéristique importante qui sera encore valide dans les prochaines vagues de luttes. Il serait extrêmement important que les travailleurs en grève et qui manifestent puissent indiquer aussi explicitement, par des slogans, des banderoles ou des pancartes, qu’ils assument également les luttes des travailleurs d’autres pays.

2. Manifestations de rue de jeunes chômeurs ; succession de slogans contre la guerre

Les slogans contre la guerre impérialiste se succèdent dans une conscience toujours plus élevée et contre toutes les fractions du régime des ayatollahs. Nous avons vu des grèves dans les usines se transformer en manifestations de rue, auxquelles peuvent participer des travailleurs d’autres entreprises, des prolétaires sans emploi et d’autres secteurs non capitalistes de la population. Il en résulte une dynamique (en fin de compte, révolutionnaire) complètement différente de celle des travailleurs qui rejoignent un mouvement du « peuple ». Dans ce dernier cas, les classes moyennes l’emportent, dans la pratique, avec leur lutte bourgeoise pour « la démocratie » et la participation aux élections ou d’autres changements au sommet. Ce fut le cas du mouvement des « gilets jaunes » en France et en Belgique en 2018 ; du soi-disant printemps arabe en 2011, et du mouvement de 1978/1979 en Iran, où « l’opposition » du Front national et des ayatollahs noya le mouvement ouvrier dans un « mouvement populaire » et le limita à chasser le Shah, tandis que l’État et l’armée restaient au pouvoir.

Ces deux premières vagues ont atteint leurs limites par manque d’organisation, autre que celle via les réseaux sociaux. Ce n’est que dans la cinquième vague, dans la lutte des travailleurs de Haft Tapeh, qu’une organisation se forme.

3. Malgré la répression, des grèves et des manifestations partout en Iran, en Tunisie et en Jordanie

Le chômage endémique est une caractéristique du capitalisme actuel en crise, avec des effets particulièrement dévastateurs au Moyen-Orient, dont la pyramide démographique est caractérisée par un pourcentage élevé de jeunes. Le mouvement semble toujours s’appuyer principalement sur l’anonymat et les réseaux sociaux et le manque d’organisation n’a pas été réglé. Le dernier mouvement « spontané » a lieu dans la région pétrolière du sud de l’Irak limitrophe de l’Iran.

4. Le mouvement traverse les frontières vers le sud de l’Irak

Certaines caractéristiques de ce mouvement et les motivations profondes des prolétaires méritent une attention particulière :

a. Il s’est déroulé simultanément en Iran et en Irak et a été dirigé contre les mêmes conditions : chômage, manque de services de base tels que l’électricité (en provenance partiellement d’Iran, mais coupée par manque de paiement), l’eau potable et l’eau pour l'agriculture (utilisée pour les centrales nucléaires en Iran), les soins de santé, les loyers élevés, le non-paiement des salaires, le discrédit total des politiciens à cause de la corruption, du favoritisme et de la fraude électorale ;
b. Il a ciblé les autorités religieuses ;
c. Des prolétaires en uniforme et des soldats démobilisés étaient présents et ont participé activement ;
d. Comme en Tunisie, dans le sud de l’Irak, des chômeurs se sont rendus dans les entreprises et ont prétendu à être embauchés.

5. Khuzestân : les ouvriers de Haft Tapeh (Shûsh) et d’INSIG Steel (Ahvâz) unissent leur lutte

Les grèves des travailleurs de la canne à sucre et des métallurgistes du Khuzestan ont attiré l’attention grâce à des vidéos de réunions de masse et de porte-parole agissant en public diffusées sur l’Internet. L’un d’eux, Ismail Bakhshi, a présenté la perspective d’un « Shora ». Cela a été salué par des groupes révolutionnaires en Europe et en Amérique du Nord comme un Conseil ouvrier, et même comme un Soviet à l’image des conseils révolutionnaires dans les révolutions russes de 1905 et 1917. En fait, les travailleurs en Iran sont loin de cela. Leur organisation en Assemblées Générales (AG) et en comité de grève est encourageante, mais ne suffit pas. Alors qu’être en grève dans deux villes « voisines » simultanément (à une distance d’environ 100 km) est positif, l’organisation des travailleurs se limite au lieu de travail. A l’avenir, leur organisation devrait couvrir des zones géographiques plus étendues. Deuxièmement, la recherche d’une solidarité active doit avoir une portée plus large qu’une focalisation sur des « problèmes similaires de gestion », c’est-à-dire le non-paiement des salaires, dans le contexte d’une « privatisation » d’entreprises publiques manipulée par l’État. A l’époque, le régime du Shah n’a vraiment commencé à vaciller que lorsque les travailleurs relativement privilégiés du pétrole se sont mis en grève.

Perspectives

Le slogan « Pain, Travail, Liberté et Conseils ouvriers » a joué un rôle important en concentrant la lutte des travailleurs sur des objectifs communs. Bien sûr, lorsque la lutte se développera, de nouvelles revendications refléteront des objectifs plus ambitieux. Il manque déjà une demande d’implication des travailleurs du pétrole. Si cela réussit, aucune concession ne sera trop grande pour que les dirigeants regagnent le pouvoir que la classe ouvrière, forgée en une unité de combat, détient réellement.

1. Pour des conseils ouvriers révolutionnaires

Pour autant que nous le sachions, la proposition d’Ismail Bakhshi d’établir un « Shora » était destinée à ce qu’une organisation de travailleurs d’une entreprise influence sa politique, qu’elle soit entre les mains d’entrepreneurs privés ou de l’État, comme c’était le cas avant la prétendue privatisation. Il ne voulait pas plus qu’un innocent comité d’entreprise, comme ceux qui existent légalement dans presque tous les pays industrialisés pour promouvoir la coopération du capital et du travail. Alors, pourquoi Ismail Bakhshi a-t-il été accusé de mettre en danger la sécurité de l’État, pourquoi a-t-il été emprisonné, maltraité, torturé et enfin – dans une tentative d’apaiser les travailleurs en colère – placé en résidence surveillée ? Parce que les Shoras fondés par les travailleurs eux-mêmes, luttant pour leurs propres intérêts, en dehors des partis existants et d’autres intérêts, peuvent se développer à partir d’innocentes institutions de contrôle de ce qui se passe dans l’entreprise et d’inoffensifs organes participatifs, en organisations pour élargir et coordonner la lutte prolétarienne. En fin de compte, dans cette lutte, ils peuvent devenir une organisation du pouvoir ouvrier, plus ou moins équivalente au pouvoir du capital, de l’Etat et de l’armée, et le renverser.

2. Vers un mode de production et de distribution sans profit, sans marché, sans capital et sans argent

Quand ils ont tout le pouvoir entre leurs mains, les conseils ouvriers sont capables d’initier la production et les services et de les utiliser à leurs propres fins de classe. Même en prévision d’une telle situation révolutionnaire, cela peut déjà être fait (comme l’ont fait les comités de grève en Pologne en 1980) en fournissant de l’électricité aux quartiers populaires et ouvriers, en rendant les transports publics gratuits, mais en boycottant les districts gouvernementaux et les quartiers bourgeois. Ce faisant de la sorte, les travailleurs en lutte montrent qu’en tant que classe productive, ils offrent à la société la perspective d’une production et d’une distribution pour les besoins sociaux, sans dépendre du profit, du marché, du capital et de l’argent.

3. Les chômeurs et les travailleurs salariés devraient s’unir

Les prolétaires qui ont un travail peuvent ouvrir leurs entreprises occupées aux prolétaires au chômage pour leur permettre de participer à des assemblées générales communes, éventuellement en les incluant dans la production. Après une prise de pouvoir par les conseils ouvriers, cela aura lieu à grande échelle.

4. Pour mettre fin aux guerres impérialistes, retournez vos armes contre l’ennemi de classe dans votre propre pays.

La Première Guerre mondiale n’a pris fin que lorsque non seulement les ouvriers et les soldats en Russie se sont rebellés avec leurs conseils et ont pris le pouvoir, mais aussi lorsque les marins, les soldats et les ouvriers en Allemagne ont commencé à suivre cet exemple. De la même manière, les guerres actuelles entre les puissances impérialistes régionales et entre les superpuissances ne cesseront que lorsque les prolétaires en uniforme retourneront leurs armes contre leurs propres dirigeants.

F.C., 2 janvier 2019

Traduction française : Blesk, le 7 janvier 2019

Si vous trouvez le résumé de l’article susmentionné intéressant, veuillez distribuer le(s) lien(s) approprié(s) :

* Pour lire l’article complet [en anglais] : https://libcom.org/blog/iran-what-after-repression-haft-tapeh-workers-steelworkers-ahvaz-24122018
* Pour ce résumé : https://libcom.org/library/th-ses-sur-les-luttes-prol-tariennes-de-2018-au-proche-et-au-moyen-orient-et-leurs-persp.

Qui veut aider à traduire l’article complet sur les luttes ouvrières en Iran en français, allemand, arabe, kurde ou farsi ?

Veuillez envoyer un courriel à FredoCorvo@gmail.com.

Illustration : « Ayez peur, nous sommes tous unis » – Manifestation de 3 000 retraités de différents secteurs et lieux devant le parlement iranien (18 décembre 2018), mettant en avant des revendications économiques et la libération des travailleurs emprisonnés dans le pays « d’Ahvâz à Téhéran ». Source : http://wpiran.org/english/?p=1284

Source en anglais : https://afreeretriever.wordpress.com/2019/01/03/theses-on-the-2018-proletarian-struggles-in-the-near-and-middle-east/