The darkest hour is before the dawn? Assembly's view on another year of trench warfare in 2024

Ukraine

In the picture: “War is a kind of action, thanks to which people who do not know each other kill each other for the sake of glory and benefit of people who know each other very well, but do not kill each other” (Paul Valéry)

Submitted by Thunderbird on December 27, 2023

This is a shortened version of our Russian-language publications from November and December. You can find there a lot of references, videos, etc.

Welcome to join the fundraising of our team for to work on this international column and offline volunteer activities. A couple of cups of coffee in your country, even before the war, could be equivalent to a day's earnings of a worker in Ukraine. Many thanks everyone in advance!

Stalemate. This word began to appear in almost every analytical material of the Western press about the Russian-Ukrainian war. Since the retreat of the Russian army from Kherson in November last year, the front line has frozen almost without movement, despite the bloody attempts of each side to achieve a turning point in their favor and gain operational space. After the new Verdun – the winter-spring meat grinder near Bakhmut – came a new battle on Somme for a dozen villages in the steppes of the Azov Coast, which from October smoothly turned into another Verdun/Bakhmut around Avdeevka. If it falls, the same will continue on new frontiers a little further. Meanwhile, the mess of mud and corpses in Krynki, perhaps, is already looking like a new Passendale.

If the current positional balance is not compared to the First World War only by the lazy, its finale is not yet remembered so often. It was disrupted by the workers of the warring countries: “The war did not end in 1918 because of the military defeat of one side or another. The generals would have happily spent a few more years killing millions of people to achieve their goals. It ended because it was against the various armies and populations of Europe took action. Most people know that Russia emerged from the war in 1917 thanks to the Russian Revolution. One of the key factors in the revolution was that the workers and peasants of Russia rebelled against the war and against their own ruling class. What is less known is that that there had been major mutinies in the French army, as well as smaller but equally significant mutinies in the British army, in 1917. The key uprising ended the war was the Kiel mutiny of the German navy in 1918. The High Command, in a desperate attempt to turn the tide of the war, ordered bring the practically intact fleet to sea. However, the naval underground organizations, which included anarchist sailors, were already expecting this. In response, they formed the Soviets and seized their ships, surrounding ports and barracks. This caused a wave of military mutinies and workers' strikes, forcing the panicked ruling class of not only Germany, but also Europe as a whole to sit down at the negotiating table and work out a peace treaty.” By the time of the probable arrival of Trump or another isolationist candidate for the presidency in the United States, the Russian-Ukrainian war will rage for 3 years already. This is approximately the same amount of time it took for the revolutionary situation to appear then. Neither the barrier detachments, nor the military tribunals, nor the hordes of street screamers for “until the bitter end” helped.

The very threat that those celebrating 2024 in the trenches next New Year will meet on the neutral land, drink 100 grams each and go home with weapons, can become a powerful incentive for the Kremlin and the Ze-Office to begin to negotiate in order to prevent something much more dangerous for both of them option. But even if the scenario of the last century beginning is repeated – instead of, for example, the story of Iran and Iraq, which got stuck in the same massacre for 8 years and then both declared it won, that only strengthened the two regimes – this means that the next year will bring many more rivers of blood. According to BBC News Ukraine, with the new bill on mobilization Ukrainians may be required to appear at the recruitment centers within 48 hours after receiving a summons by email or registered mail. Death postmen will receive more tools to check the military registration documents of citizens on the streets, deliver them to enlistment offices, and put them on the wanted list. For ignoring of summonses, the terms of arrest and fines will be increased, it will be possible to prosecute violators in absentia, and the circle of those entitled to a deferment will be narrowed. It is also proposed military registration for those in prison. Will prisoners want to go to the front, knowing that even law-abiding people, to put it mildly, are not very well trained and equipped – a big question that could threaten prison riots. It will be especially hard for draft evaders who prefer to go to prison rather than fight. When the “Assembly” began to sound the alarm about the fact that Kharkov courts stopped issuing suspended sentences for failure to appear to a unit, many local readers brushed it aside like it is “better to jail than to the grave.” Well, let's see how soon the first will cease to be an alternative to the second.

There is no public information to what extent the mobilization plan for Kharkov is currently being implemented, but the state authorities spoke it out during the autumn in neighboring cities. In Poltava, implementation is only 13%, in Sumy – 8%. A week ago, the chief of the Defence Intelligence of Ukraine Kyrylo Budanov admitted the minimal effectiveness of forcibly mobilized Ukrainians: “Everyone who wanted came in the first 6 months. Who is being drafted now? Unfortunately, there will be no good answer here. If you don’t find motivation for these people, then how many people are forced or in accordance with the law "No matter how hard you drive them, their efficiency will be almost zero. Which, in principle, is what has been happening lately." A former adviser to the Zelensky's Office and one of its top propagandists Alexei Arestovich said in the last days of November: “Let me name some numbers: 100 people who left military units without permission per day in Ukraine. 100 people per day, it’s a brigade per month. A brigade escapes from the front per month. 4,5 million draft evaders who don’t want to register for military service. In units there are 30-40, up to 70% refusers. It’s just: "I won’t fight, do with me what you want." What are the borders of ’91st year?” Knowing his craving for hype on any occasion, the estimates may be exaggerated, but our sources said about numerous refusers in the Armed Forces of Ukraine back during the summer counteroffensive. This is not desertion, so such militaries should be transferred to non-combat units.

Petersburg liberal activist Grigory Sverdlin, founder of the “Go Forest Go” project to help Russians avoid participation in war, shared the following statistics on his Facebook page:

“There are more and more deserters. In October, almost every fifth (!) appeal to Go Forest Go was with a request for help to leave the unit:
April 121/4288 = 2.8%
May 87/997 = 8.7%
June 54/644 = 8.3%
July 115/1142 = 10%
September 185/1614 = 11.4%
October 218/1197 = 18.2%
Approximately 30% of deserters remain in Russia. Because there is nothing to live on abroad, it’s scary to cross the border and not leave the relatives behind. They hide, move, but stay. We also help with this as much as we can.”

As he added to us, in November the figure was 218/1197 – that is, 12% of requests. The increase, in his opinion, is caused by the fatigue of the mobilized, who no longer hope for rotation, and general fatigue from the war. Other journalists were told in this organization that several unrelated deserters told how almost 80% of their squads escaped, and only about 15% of them were caught.

Storming of the Winter Palace in 1917. From the Soviet feature film "Lenin in October"

According to counting by “Mediazona”, released on the anniversary of the start of Russian mobilization, over the year in the Russian Federation there have been almost four times more sentences for unauthorized leaving of a unit and desertion than there were annually in such cases before the war: since July 2023, courts have handed down more than 500 of them every month. 2-3% of the Russian army group in Ukraine looks like a small figure for now, but even this is a percentage of the losses of Soviet troops killed in Afghanistan out of the total number of those who served there, and how many escaped were not caught and are listed as missing - one can only guess. It should also be taken into account that the motivation to desert is reduced by the European borders closed to Russians, the social control system in Russian cities, unprecedented in the history of wars, and the predominantly open terrain of south-eastern Ukraine, where it is difficult to hide from the military police.

The decay of the Russian army is also hindered by Ukrainian propaganda, which portrays as enemies all Russian citizens who are not lacqueying for Ukraine, even if they refuse to fight (they say, these are the same “orcs”, only funky). This is being done for the same reason why in the defense of Ukraine the emphasis is on driving people under pressure instead of developing voluntary initiative: horizontal ties at the grassroots are dangerous for anyone holding power. But this same barrack slavery can contribute to the fraternization of yesterday’s workers in camouflage uniforms, quickly making them understand that forced people have nothing to share, and the enemy is those who drive them to slaughter.

Almost right now, was published a statement of Russian soldiers from the Moscow and Ulyanovsk regions about monetary extortions and beatings from the command. Servicemen of military unit 41680 stated that two weeks after signing the contract, they were sent to an assault on the Avdeevka direction without training or preparation. From their words, most fighters are “beaten and kept in basements” before a mission. Their collegue Artyom Yakupov was diagnosed with a concussion after another beating. In this footage provided by the military, the man can be seen with bruises on his face. Artyom’s girlfriend also confirmed to reporters that he was beaten by his commanders. On October 12 he received a shell shock, and on the 20th he was sent on an assault, after which he did not return. They also claim that monetary “extortions” of up to 50 thousand rubles per month are collected by the sergeant majors of the 1st, 2nd, and 3rd companies. The money allegedly goes toward “construction materials, vehicle parts, uniforms, funeral services and psychological aid to the relatives of the dead.” In fact, according to the military, the collected funds are spent on the personal needs of the command. “We repeatedly hear prices to avoid storming. Some pay 100 thousand rubles,” the military said.

A lieutenant colonel from East Siberia mysteriously died near the front line. Sergei Savenok was born in the Donetsk region, studied in Simferopol, since the late 80s he lived in the Irkutsk region and served as a political instructor in a military unit. Then retired in 2009 and last year voluntarily decided to fight. The local opposition media “People of Baikal” quotes on November 13 the words of his wife Yelena: “He went to the special military operation in September last year along with the mobilized. He was 62 years old, he was very worried about the boys, how they would be there. He has been in the service all his life, he has combat experience, and he wanted to teach the boys how to fight. When they told me that he shot himself in Svatovo, I didn’t believe it. This is not that kind of person. I believe that he was killed.” According to her, in May of this year, the officer came on vacation and complained to his wife that it was hard for him at the front and he did not want to return there. In July, she was informed that Sergei had shot himself with an automatic rifle. He was buried in August.

After being notified of the death, Yelena immediately wrote to Putin’s online reception, from where her appeal was forwarded to the Investigative Committee. Lawyer Yakov Iontsev, who is working on the case, believes that Sergei was killed by his colleagues: “The serviceman died under vague circumstances. We believe he was killed by another serviceman, that is, a representative of the authorities. We can easily imagine a violation of the rights of a soldier, less easily even his murder. But it’s hard to imagine that someone shoots a lieutenant colonel, and the investigation pretends that nothing happened.” There is still no response from the investigators.

The New York Times, citing American officials, warned on December 11 that "without changes in strategy, 2024 could be akin to 1916, the deadliest year of World War I, when thousands of young men lost their lives and the battle lines changed very little." So, the Overton window is opening more and more, and may eventually swing so wide that it breaks off its hinges and blows someone's head off.

The policy of war to the last Ukrainian/Russian rests to a great extent on patriotic women who are not afraid to go into the trenches themselves and look at it from the tribune like at gladiators (but the Colosseum at least had a paid entrance, whereas in this case, rooting for “our team” is available for free). If they are forced to try to overcome it with their own hands, they will immediately say “let’s come to an agreement”, “I don’t owe this state anything” and “why do I need this Ukraine/Russia at all”. Therefore, both dictatorial regimes will postpone the mobilization of women until the last minute. But a critical mass of those who do not want to defend others’ villas and yachts is gaining step by step even without this...

Stay tuned to the “Assembly” – there's going to be a lot more interesting and important things in the coming year! Let's move on!

In addition, you are highly recommended to look at this collection of recent subversive anti-state acts in Russia and Ukraine.

Plus, such an inspiring overview on a new wave of mass social protests across Ukraine throughout the autumn of the outgoing year.

Comments

parisian anarc…

1 month 2 weeks ago

Submitted by parisian anarc… on January 5, 2024

French translation :

L'heure la plus sombre avant l'aube ? Le point de vue de Assembleia sur une nouvelle année de guerre de tranchées en 2024
« La guerre, c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas. » (Paul Valéry)
assembly.org.ua
Traduction : Initiative Olga Taratuta
Ce texte est une version abrégée des publications de novembre et décembre 2023 du site en ligne de Kharkov « Assembleia ». Vous pouvez y trouver de nombreuses références, vidéos, etc.
http://assembly.org.ua
Impasse. Ce mot a commencé à apparaître dans presque tous les documents analytiques de la presse occidentale sur la guerre russo-ukrainienne. Depuis le retrait de l'armée russe de Kherson en novembre de l'année dernière, la ligne de front est gelée presque sans mouvement, malgré les tentatives sanglantes de chaque camp pour atteindre un point de rupture en sa faveur et gagner de l'espace opérationnel. Après le nouveau Verdun– le hachoir à viande qui s’est déroulé pendant l’hiver et le printemps 2023 autour de Bakhmout – vint une nouvelle « bataille de la Somme »[1]pour une douzaine de villages dans les steppes de la côte d'Azov, qui à partir d'octobre se transforma graduellement en un autre Verdun/Bakhmout autour d'Avdeevka. Si ce dernier tombe, le même mécanisme se reproduira sur de nouvelles lignes de front un peu plus loin. Pendant ce temps, le chaos de boue et de cadavres à Krynki[2]ressemble peut-être déjà à une nouvelle Passchendale[3].
Si la référence à la Première Guerre mondiale - pour comparer l’équilibre actuel des positions - n’est pas uniquement utilisée par les commentateurs paresseux, par contre rares sont ceux qui rappellent comment il fut mis fin à cette guerre. La guerre fut contrecarrée par les travailleurs des pays en guerre : « La guerre n’a pas pris fin en 1918 à cause de la défaite militaire d’un côté ou d’un autre. Les généraux auraient volontiers passé quelques années supplémentaires à tuer des millions de personnes pour atteindre leurs objectifs. La guerre a pris fin parce que différentes armées et populations d'Europe s’y sont opposées. La plupart des gens savent que la Russie est sortie de la guerre en 1917 grâce à la Révolution russe. L’un des facteurs clés de la révolution a été la révolte des ouvriers et des paysans russes contre la guerre et contre leur propre classe dirigeante. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il y a eu d’importantes mutineries dans l’armée française, ainsi que des mutineries plus petites mais tout aussi importantes dans l’armée britannique, en 1917. Le soulèvement clé qui a mis fin à la guerre a été la mutinerie de la marine allemande à Kiel en 1918. Le haut commandement, dans une tentative désespérée de renverser le cours de la guerre, ordonna de prendre la mer avec la flotte pratiquement intacte. Mais les organisations navales clandestines, parmi lesquelles se trouvaient des marins anarchistes, s’y étaient déjà préparé. En réponse, ils formèrent des Conseils (Soviets) et s'emparèrent de leurs navires, des ports et des casernes environnants. Cela a provoqué une vague de mutineries militaires et de grèves ouvrières, obligeant la classe dirigeante paniquée non seulement d'Allemagne, mais aussi d'Europe dans son ensemble, à s'asseoir à la table des négociations et à élaborer un traité de paix.» Au moment où Trump ou un autre candidat isolationniste arrivera probablement à la présidence des États-Unis, la guerre russo-ukrainienne fera rage depuis trois ans. C’est à peu près le même temps qu’il a fallu pour que la situation révolutionnaire mûrisse. [En 1917], ni les « barrières d’arrières gardes » [4] , ni les tribunaux militaires, ni les hordes de fanatiques qui crient dans les rues « nous nous battrons jusqu'au dernier » n'ont sauvés [les partisans de la guerre].
La menace même que ceux qui fêteront le prochain Nouvel An 2024 dans les tranchées sortent de leurs abris, se retrouvent en territoire neutre, pour boire ensemble puis rentrent chez eux avec des armes, peut devenir une puissante incitation pour le Kremlin et Bankova [Surnom du palais présidentiel ukrainien, situé rue Bankova à Kiev] à entamer des négociations afin de empêcher quelque chose de beaucoup plus dangereux pour les deux parties en guerre. Mais même si le scénario du début du siècle dernier se répète – au lieu, par exemple, de celui de la guerre Iran-Irak, qui sont restés coincés dans le même massacre pendant 8 ans et ont ensuite tous deux déclaré leur victoire, ce qui n’a fait que renforcer les deux régimes – cela signifie que l’année prochaine apportera encore bien d’autres rivières de sang. Selon BBC News Ukraine, avec le nouveau projet de loi sur la mobilisation, les Ukrainiens pourraient être tenus de se présenter aux centres de recrutement dans les 48 heures après avoir reçu une convocation par courrier électronique ou par courrier recommandé. Les « postiers de la mort » seront dotés de davantage d'outils pour vérifier les documents de registre militaire des citoyens dans les rues, les arrêter et les remettre aux bureaux d'enrôlement ou les inscrire sur la liste des personnes recherchées. En cas de non-respect des convocations, les délais d'arrestation et les amendes seront augmentés, les contrevenants pourront être poursuivis par contumace et les catégories des personnes ayant droit à un sursis seront restreintes. Il est également proposé d’enrôler dans l’armée les personnes incarcérées. Les prisonniers voudront-ils aller au front, sachant que même les personnes respectueuses de la loi, pour ne pas dire plus, ne sont pas très bien entraînées et équipées – une grande question qui pourrait menacer d'émeutes dans les prisons. La situation va devenir particulièrement difficile pour les « évadistes » qui préfèrent échapper aux combats en allant en prison. Lorsque « Assembleia » a commencé à tirer la sonnette d’alarme sur le fait que les tribunaux de Kharkov avaient cessé de prononcer des peines avec sursis en cas de non-présentation à son unité militaire, de nombreux lecteurs locaux avaient balayé cette information d’un revers de main en disant qu’il valait « mieux être en prison que dans la tombe ». Eh bien, voyons combien de temps avant que la première option cesse d'être une alternative à la seconde.
Il n'existe aucune information publique jusqu’à quel niveau le plan de mobilisation pour Kharkov est actuellement mis en œuvre, mais les autorités de l'État publié à l'automne des informations sur les régions voisines. À Poltava, la mise en œuvre n'est que de 13 %, à Soumy – 8 %. Il y a une semaine, le chef du renseignement de défense ukrainien, Kyrylo Budanov, a reconnu l'efficacité minime des Ukrainiens mobilisés de force : « Tous les volontaires qui voulaient se battre sont venus au cours des 6 premiers mois. Qui est en train d’être enrôlé maintenant ? Malheureusement, il n'y a pas de bonne réponse. Si vous ne trouvez pas de motivation pour ces personnes, peu importe le nombre de personnes conduites par la force ou selon les normes juridiques, leur efficacité sera presque nulle. C’est, globalement, ce qui s'est produit ces derniers temps ». Alexeï Arestovitch, ancien conseiller du Cabinet de Zelensky et l'un de ses principaux propagandistes, a déclaré fin novembre : « Laissez-moi citer quelques chiffres : 100 personnes ont quitté les unités militaires sans autorisation par jour en Ukraine. 100 personnes par jour, c’est une brigade par mois. Une brigade s'échappe du front chaque mois. 4,5 millions de réfractaires ne veulent pas s’inscrire au service militaire. Dans les unités, il y a 30 à 40 et même jusqu'à 70 % de refus. Ils disent simplement : "Je ne me battrai pas, fais de moi ce que tu veux. « Quelles sont les frontières de l’année 1991[5] ?» Connaissant le besoin de battage médiatique en toute occasion de cet ex-conseiller, ses estimations peuvent être exagérées, mais nos sources ont parlé de nombreux refus dans les forces armées ukrainiennes lors de la contre-offensive estivale. Il ne s’agit pas de désertions à proprement parler, mais de refus de se battre, c’est pourquoi ces militaires devraient être transférés vers des unités non combattantes.
Côté Russe, un habitant de Belgorod de 44 ans a cassé la gueule à un major de la police, qui a tenté de le convoquer au bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire. De son côté, le militant libéral de Saint Pétersbourg Grigory Sverdlin, fondateur du projet « Go Forest Go » visant à aider les Russes à éviter de participer à la guerre, a partagé les statistiques suivantes sur sa page Facebook :
« Il y a de plus en plus de déserteurs. En octobre, presque un appel sur cinq (!) à Go Forest Go consistait en une demande d'aide pour quitter l'unité :
Avril : 121 sur 4288 appels, soit 2,8% des cas
Mai : 87 sur 997, soit 8,7%
Juin : 54 sur 644, soit 8,3%
Juillet : 115 sur 1142, soit 10%
Septembre : 185 sur 1614, soit 11,4%
Octobre : 218 sur 1197, soit 18,2%
Environ 30 % des déserteurs russes restent en Russie. Parce qu’il n’y a rien pour vivre à l’étranger, que c’est effrayant de traverser la frontière et pour ne pas laisser ses proches derrière soi. Ils se cachent, bougent d’un endroit à un autre, mais restent. Nous les aidons également autant que nous le pouvons. »
Cette augmentation, selon lui, est due à la fatigue des mobilisés, qui n'espèrent plus la rotation, et à la fatigue générale de la guerre. D'autres journalistes de cette organisation ont appris que plusieurs déserteurs sans lien de parenté racontaient que près de 80 % de leurs escouades s'étaient enfuies et que seulement 15 % environ d'entre eux avaient été capturés.
Selon le décompte de «Mediazona», publié à l'occasion de l'anniversaire du début de la mobilisation russe [le 21 septembre 2022], au cours de l'année écoulée en Fédération de Russie il y a eu presque quatre fois plus de condamnations pour abandon non autorisée d'une unité et désertion qu'il n'y en avait chaque année dans de tels cas avant la guerre : depuis juillet 2023, les tribunaux prononcent plus de 500 condamnations pour ces motifs chaque mois. Cela représente 2 à 3 % du groupe de l'armée russe en Ukraine, ce qui semble pour l'instant un petit chiffre, mais cela représente tout de même un pourcentage significatif si vous le rapportez aux pertes des troupes soviétiques tuées en Afghanistan par rapport au nombre total de ceux qui ont servi là-bas. Sans compter que nombre des « disparus » d’Afghanistan sont en fait des déserteurs qui ont réussi à s’échapper et qui ne sont jamais revenus … Il convient également de tenir compte du fait que la motivation des Russes pour déserter est affaiblit par les frontières européennes qui restent fermées aux Russes, le système de contrôle social dans les villes russes, sans précédent dans l'histoire des guerres, et le terrain essentiellement ouvert du sud-est de l'Ukraine, où il est difficile de se cacher à la police militaire.
L'effondrement moral de l'armée russe est également entravé par la propagande ukrainienne, qui présente comme ennemis tous les citoyens russes qui ne se prononcent pas ouvertement pour l'Ukraine, même s'ils refusent de se battre (la propagande ukrainienne dit que ce sont les mêmes « orques », mais seulement lâches). Cela se produit pour la même raison que pour la défense de l’Ukraine, le Pouvoir met l’accent sur accentuer la pression sur les gens plutôt que de laisser se développer des initiatives volontaires : les liens horizontaux à la base sont dangereux pour quiconque détient le pouvoir. Mais ce même esclavage de caserne peut contribuer à la fraternisation des ouvriers d’hier en tenue de camouflage, leur faisant vite comprendre que les gens forcés n’ont rien à partager, et que l’ennemi, c’est celui qui les pousse au massacre.
Récemment, une déclaration de soldats russes des régions de Moscou et d'Oulianovsk concernant des extorsions d'argent et des passages à tabac de la part du commandement a été publiée. Les Militaires de l'unité militaire 41680 ont déclaré que deux semaines après la signature de leur contrat d’engagement, ils avaient été envoyés à l'assaut en direction d'Avdeevka sans entraînement ni préparation. Selon leurs propos, la plupart des combattants sont « battus et gardés dans des sous-sols » avant d’être envoyés en mission. Leur collègue Artyom Yakupov a reçu un diagnostic de commotion cérébrale après un autre passage à tabac. Sur ces images fournies par l'armée, on peut voir l'homme avec des contusions sur le visage. La petite amie d’Artyom a également confirmé aux journalistes qu’il avait été battu par ses commandants. Le 12 octobre, il a reçu un obus et le 20, il a été envoyé à l'assaut, après quoi il n'est pas revenu. Ils affirment également que des « extorsions » monétaires allant jusqu'à 50 000 roubles par mois sont collectées par les sergents-majors des 1re, 2e et 3e compagnies. L’argent serait destiné à « des matériaux de construction, des pièces de véhicules, des uniformes, des services funéraires et une aide psychologique aux proches des morts ». En fait, selon l'armée, les fonds collectés sont consacrés aux besoins personnels du commandement. « Nous entendons à plusieurs reprises les prix pour éviter les tempêtes. Certains paient 100 000 roubles», ont indiqué les militaires.
Un lieutenant-colonel de Sibérie orientale est mort mystérieusement près de la ligne de front. Sergei Savenok est né dans la région de Donetsk, a étudié à Simferopol. Depuis la fin des années 80, il a vécu dans la région d'Irkoutsk et a servi comme instructeur politique dans une unité militaire. Puis il a pris sa retraite en 2009 et a volontairement décidé de se battre l’année dernière. Le 13 novembre, le média local d'opposition « Peuple du Baïkal » cite les propos de son épouse Elena : « Il s'est rendu à l'opération militaire spéciale en septembre de l'année dernière avec les mobilisés. Il avait 62 ans, il était très inquiet pour les garçons, comment ils seraient traités là-bas. Il a été au service toute sa vie, il a une expérience du combat et il voulait apprendre aux garçons à se battre. Quand on m’a dit qu’il s’était suicidé à Svatovo, je n’y ai pas cru. Ce n'est pas ce genre de personne. Je crois qu'il a été tué. » Selon elle, en mai de cette année, l'officier est venu en vacances et s'est plaint à sa femme que c'était dur pour lui au front et qu'il ne voulait pas y retourner. En juillet, elle a été informée que Sergei s'était tiré une balle avec un fusil automatique. Il a été enterré en août.
Après avoir été informée du décès, Elena a immédiatement écrit au service en ligne de Poutine, d’où son appel a été transmis à la commission d’enquête. L'avocat Yakov Iontsev, qui travaille sur l'affaire, estime que Sergueï a été tué par ses collègues : « Le militaire est mort dans des circonstances vagues. Nous pensons qu'il a été tué par un autre militaire, c'est-à-dire un représentant des autorités. On imagine aisément une violation des droits d’un militaire, moins facilement même son assassinat. Mais il est difficile d’imaginer que quelqu’un tue un lieutenant-colonel, et l’enquête fait comme si de rien n’était.» Il n'y a toujours pas de réponse de la part des enquêteurs.
Le New York Times, citant des responsables américains, a averti le 11 décembre que « sans changement de stratégie, 2024 pourrait s'apparenter à 1916, l'année la plus meurtrière de la Première Guerre mondiale, où des milliers de jeunes hommes ont perdu la vie et où les lignes de bataille ont très peu changé ». ". Ainsi, la fenêtre d'Overton s'ouvre de plus en plus et peut éventuellement s'ouvrir si largement qu'elle cassera ses charnières et explosera la tête de quelqu'un.
La politique de guerre jusqu'au dernier des Ukrainiens / Russes repose en grande partie sur des femmes patriotes qui n'ont pas peur d'aller elles-mêmes dans les tranchées pour y regarder les combats depuis la tribune comme au temps des gladiateurs (mais le Colisée avait au moins une entrée payante, alors que dans ce cas, aller supporter « notre équipe » est disponible gratuitement). Si elles étaient obligés d’essayer de surmonter ce problème de leurs propres mains [et avec leur propre sang], elles diraient immédiatement « parvenons à un accord », « je ne dois rien à cet État » et « pourquoi ai-je besoin de cette Ukraine/Russie ». Les deux régimes dictatoriaux retarderont donc la mobilisation des femmes jusqu’à la dernière minute. Mais même sans cela, une masse critique de celles et ceux qui ne veulent pas défendre les villas et les yachts des uns et des autres augmente progressivement...
Que devrions-nous souhaiter à notre public de libres penseurs, de refuzniks et de cosmopolites pour l’année à venir ? Au minimum, restez en contact avec Assembleia. Nous souhaitons à ceux qui envisagent de quitter les pays en guerre de le faire avec succès et de s'installer dans un nouvel endroit. Pour ceux qui ne veulent pas partir, nous souhaitons qu’ils aient le moins de contacts possible avec la bande étatique et qu’ils deviennent aussi autosuffisants que possible, au point même de créer des colonies autonomes dans la nature rurale. Et bien sûr, aidez les personnes et les animaux dans le besoin, restez en bonne santé, développez-vous, étudiez le communisme anarchiste. Cela peut s’avérer utile plus tôt qu’il n’y paraît.
Plus haut, plus haut, le drapeau noir !
l’État est le bourreau des travailleurs !
Le soldat – à la maison chez lui !
L’État – aux ordures !
Paix entre les gens, guerre aux autorités !
Assembleia Texte publié dans le bulletin numéro 6 de l'initiative Olga Taratuta disponible à télécharger en cliquant ici Pour recevoir la version papier du bulletin, envoyer un mail à [email protected] ou écrire à Initiative Olga Taratuta c/o CNT-AIT, 7 Rue St Rémésy 31000 TOULOUSE
https://nowar.solidarite.online/blog/lheure-la-plus-sombre-avant-laube-le-point-de-vue-dassembleia-sur-une-nouvelle-ann%C3%A9e-de-guerre-de-tranch%C3%A9es-en-2024