Questions sur le concept de cycle de luttes - Roland Simon

jeudi, 22 mai 2008

Questions sur le concept de cycle de luttes

Ces quelques lignes ne sont qu’une ébauche du texte que je proposerai pour un atelier lors du Summermeeting

Il faudra commencer par rappeler la définition et la pertinence actuelles de ce concept et à quels enjeux théoriques il répond. Mais déjà on peut énumérer quelques questions que le concept soulève. Questions qui touchent tous les domaines d’investigation théorique.

* Différence entre une phase d’accumulation et un cycle de luttes : la question de ce qu’est l’économie.

* Un cycle de luttes se cale-t-il sur les cycles du capital. Le développement du capital est identique à la contradiction entre prolétariat et capital, mais avons nous affaire à une identité sans médiation ?

* Doit-on reconnaître pour parler de cycle de luttes la validité des « Kondratieff » ? Dans ce cas : un cycle de luttes est-il affecté, dans son cours, par les phases A et B d’un « Kondratieff » ? Dans ce cas : les crises révolutionnaires sont –elles liées à une crise systémique des Kontradieff ? Se situent-elles entre deux Kondratieff ou entre les phases A et B d’un même Kondratieff ?

* Question fondamentale et très délicate : relation et continuité entre les cycles de luttes. Les cycles de luttes sont-ils des unités discrètes (radicalement discontinues) ? Comment nous relions nous maintenant aux cycles antérieurs ?

* Comment formaliser théoriquement le passage d’un cycle à l’autre ? Faut-il introduire le concept de contre-révolution dans celui de cycle de luttes ? Le passage est-il une juxtaposition ou une coordination (ce n’est pas exactement la même question que celle de la continuité) ?

* Question liée aux deux précédentes : existe-t-il un « héritage » ? Qu’est-ce qu’un héritage ?

* Tous les éléments définissant (déterminant) un cycle de luttes ont-ils la même temporalité : luttes immédiates, crises révolutionnaires, théories, organisations ? Existe-t-il des anachronismes ? Est-ce qu’un ancien cycle peut sous certains aspects se perpétuer, alors qu’un autre a commencé ? Est-ce qu’il y a intégration ou chevauchement ?

* A quel niveau dans la définition d’un cycle considérer ses contradictions internes ? Inversement qu’est-ce que l’unité d’un cycle ?

* La nature de l’échec d’un cycle de luttes : l’impossibilité dans ses propres termes est-elle une structure explicative valable pour tous les cycles ?

* Relation entre cycle de luttes / échec (impossibilités internes) / limites / contre-révolution ?

* Question du découpage chronologique. Existe-il des phases chronologiques différentes dans un même cycle (quelle que soit la réponse donnée à la liaison avec les Kondratieff) ? Peut-on découper en sous-ensembles un cycle de luttes ? Quelles sont la pertinence et la validité dans ce cas d’un tel découpage ? Pourquoi des phases d’un même cycle et pas deux cycles différents ?

* Quel est le point de départ de la définition d’un cycle : un amalgame de micro-faits ou une structure donnant sens à ces faits ?

* Peut-on faire une périodisation en cycle de luttes historiquement homogènes malgré les différences nationales et les notions de centre et de périphérie ?

Courage ! R.S

21 / 05 / 08